Micro-formats

microformat logo

Suite à mon billet sur les , on m’a fait remarquer que j’écartais un peu vite les µ-formats (micro-formats) et qu’un exemple concret serait le bienvenu. Je vais donc essayer de combler cette lacune avec le billet d’aujourd’hui.

Le but des µ-formats est le même que celui des µ-données : encoder des informations sémantiques, des méta-données, dans le code des pages web. À la différence des µ-données, les méta-informations sont encodées dans des attributes classiques : class, rel, et rev. L’idée centrale est d’encoder les informations associées avec un format de donnée existant, comme par exemple vCard, utilisé pour stocker des contacts, à l’intérieur d’une page web. L’avantage de cette approche c’est qu’elle s’appuie sur des spécifications existantes, la µ-format définit seulement comment un format existant est encapsulé en HTML, pour le reste, on en réfère à la spécification utilisée.

S’il existe une variété de formats supportés, il n’y a pas de notion d’ontologie de types. Donc soit on désire représenter une entité pour laquelle un format est défini et tout va bien, soit l’entité n’existe pas et c’est un peu compliqué. Pour reprendre l’exemple de Tigres Volants, il n’y a pas de formats standardisé spécifiques aux livres, donc on doit se rabattre sur le format , il existe aussi une version 2 de ce format, appelée, h-Product mais qui ne semble pas être utilisée. Voici de la représentation en µ-format hProduct :

<div class="hproduct">
Titre: <span class="fn" >Tigres Volants</span><br/>
Auteur: <span>Stéphane Gallay</span><br/>
Éditeur: <span class="brand">2D Sans Faces</span><br/>
<div class="identifier"><span class="type">ISBN: <span class="value" >9782847890525>/span><br/>

Les plus observateurs auront remarqué que la balise span qui entoure l’auteur n’a pas de classe, la raison est simple : le format hProduct est prévu pour décrire des produits, pas des livres, et n’a donc pas la notion d’auteur. De même l’éditeur a été inséré sous la classe brand (marque), ce qui n’est pas une approximation très heureuse. En exemple plus complexe mettrait encore plus en évidence les faiblesses des µ-formats, là où il est très simple de préciser l’année de publication, la liste des contributeurs, le nombre de pages dans des µ-données de type Livre, c’est tout simplement impossible à faire de manière standard en µ-formats définis actuellement.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: