Culture et conclusions incontournables…

Une diligence de 1845

Avant l’avènement du voyage aérien, le passage des alpes par la Suisse était un passage obligé pour rejoindre l’Italie depuis le nord. Dans l’un ou l’autre musée que j’ai visité se trouvait une gravure d’une machine étrange : un émulateur de diligence. Un docteur anglais avait remarqué que les femmes victoriennes soufrant de mélancolie voyaient leur condition améliorée après un voyage en Italie, et la seule conclusion logique était que le voyage en diligence soignait ces femmes, et qu’il suffisait donc de reproduire l’expérience du voyage en diligence. L’idée qu’une autre culture puisse être la solution était simplement inenvisageable.

S’il est facile de ce moquer de ce blocage mental, je pense qu’il est en fait très commun. Comme toutes nos pensées sont ancrées dans un référentiel culturel, c’est souvent la dernière chose que l’ont peut remettre en cause. J’utilise le terme référentiel culturel de manière plutôt large, par exemple les informaticiens (quelque soit leur culture d’origine) ont une culture commune, dont une des normes est l’utilisation d’un jeu de caractère très limité (ASCII) qui date de 1963.

La plupart des languages de programmations souffrent du fait que ce jeu est limité, ce qui donne de nombreuses ambiguïtés. Mais même 60 ans après son introduction, remettre en cause l’usage de l’ASCII est anathème. Le paradoxe, c’est que le monde informatique a régulièrement un nouveau language de programmation (en ASCII bien-sûr) qui va régler une fois pour toute tous les problèmes…

Un exemple plus grave concerne les armes aux États-Unis, le truc, c’est qu’il y a beaucoup d’armes en Suisse, mais le résultat est différent. En général quand j’en discute avec un américain, ils voient surtout les différences légales ou administratives, ou bien à travers le prisme binaire des partis. Il est difficile de leur faire admettre que la différence fondamentale est culturelle, et donc que reprendre le modèle suisse sans la culture sous-jacente, ça ne va simplement pas marcher.

Le même phénomène apparaît avec d’autres aspects de la société : les transports publics m’intéressent infiniment plus que les armes, et les États-Unis ont un gros problème de coûts de construction. Ainsi un tunnel de métro à New York est un ordre de magnitude plus cher qu’à Paris. Si on discute avec un américain de cela, le problème vient typiquement des syndicats, ou de fait qu’il faille faire des tunnels sous l’eau. Ce sont les seules explications possibles. Tout le monde sait qu’il n’y a ni rivière, ni syndicats à Paris et l’idée que le processus en France soit meilleur est tout simplement impensable.

Si pour moi, ce problème est très visible dans la société des États-Unis, je le remarque aussi en France, notamment lorsque l’on parle de la langue ou d’enseignement (je m’intéresse peu aux autres sujets de politique française). Selon avec qui on parle, le problème c’est que l’enseignement n’a pas assez de moyens financiers, ou bien que les étudiants ne s’investissent pas assez. Ce sont les deux seules explications possibles. L’idée que le société française met trop d’emphase sur la scolarité est tout simplement impensable.

The Mail Coach 1845 environ, domaine public, version upscalée avec Diffusion Bee.

One thought on “Culture et conclusions incontournables…”

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.