Amanites Artistiques

Un des grands plaisirs que j’ai lorsque j’écris des scénarios rêve de dragon, c’est de pouvoir écrire les textes annexes pseudo-académiques.

Dans ses Notes sur la Critique Artistique Avancée, Bloutok l’incompris met explicitement en garde contre une consommation asymétrique de ces champignons. Coincé sans champignon jaune dans une œuvre, le critique sera dépendant du fait qu’une personne le réveille, ce qui cause un syndrome ennuyant. La consommation d’un champignon jaune dans la réalité (ou son équivalent local), ne fait pas disparaître, comme on pourrait s’y attendre, l’expérimentateur – dans le cas mentionné, l’assistant de Bloutok qui s’était porté volontaire – mais lui cause un fort traumatisme.
Bloutok avait d’abord pensé avoir trouvé un moyen objectif de découvrir la nature exacte de la réalité jusqu’à ce qu’il découvre sa propre présence, discrète, mais indiscutable, dans les différentes œuvres qu’il avait critiqué au moyen des champignons, une violation imprescriptible du code des critiques. Cela le plongea dans une terrible dépression, son œuvre fut terminé par son assistant, qui mentionne dans une note de bas de page que Bloutok est mort empoisonné par une trop grande dose d’amanites artistiques alors qu’il cherchait à entrer dans une œuvre érotique.

2 thoughts on “Amanites Artistiques”

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: