Rue de la Lance

Le soir, quand je rentre après l’aïkidō, la rue qui va de ce cimetière jusqu’à chez moi est étrangement vide. Sous les lampes oranges qui se balancent au gré du vent, il n’y a que des créatures semi-sauvages : renards, chats, qui profitent que les humains sont chez eux pour vaquer à leur affaires. Tous me regardent passer avec une méfiance calme, alors mon vélo file sur la légère descendre de cette rue droite comme une lance. C’est son nom, la rue de la lance.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: