Licences et jeux de rôle

Un des hobby que j’ai pratiqué assez régulièrement avant de venir au Japon est le jeu de rôle. Si j’aime beaucoup le jeu de rôle classique, sur table, je n’ai jamais eu d’attrait particulier pour les parties grandeur nature. Je soupçonne que la raison est surtout une question d’organisation. Organiser un partie de table est relativement simple, il faut trouver des joueurs, une table et peut-être à manger. Par contraste, le grandeur nature implique un lieu, des costumes, mais aussi des personnages non-joueurs, des accessoires. Autant de choses que dans la cas sur table, on peut régler avec de simples descriptions. Si le grandeur nature est plus impressionnant et plus prenant, il est, je pense, à cause de toute l’organisation impliquée, moins rapide et spontané. Ceux qui jouent avec moi savent que j’aime maîtriser relativement vite.

Pourquoi diable vous parle-je de cela ? Il y a, sur boing boing, un article intéressant. La compagnie White Wolf veut à présent faire payer des “licences” par joueur pour les parties payantes. Les parties de grandeur nature sont souvent payantes, principalement pour payers les frais des accessoires mentionnés plus hauts. Autant dire que demander un prix de license est à peu près aussi approprié que pour Larousse de demander des frais de license pour l’utilisation de son dictionnaire lors de concours de scrabble où il y a des frais d’inscription.

Cette histoire ne va naturellement pas sans rappeler les avanies de licences informatiques absurdes. Mais je suppose que c’est quelque chose d’inévitable. Jusqu’à ce que les règles de propriété intellectuelles seront stabilisées de manière sérieuses, ces histoires reviendront encore et encore. En attendant, il y a fort à parier que White Wolf c’est surtout tiré dans les pieds en essayant de taxer ceux qui soutiennent son jeu de manière la plus visible.

One thought on “Licences et jeux de rôle

  1. De la part de WW c’est la démonstration d’une belle stupidité. Enfin bon, si ça les amuse, tant pis pour eux, ça poussera peut-être les LARPer américains à chercher un autre système de jeu que le [selon moi très mauvais] Mind’s Eye Theater.

    Assez curieusement, je trouve cette décision symptomatique de la manière dont les choses se passent dans le milieu du GN en général : des gens avec des idées à l’emporte-pièce, pas forcément doués pour la communication, et très très sûr de leur excellence.

    Bah, je suis un peu amer je crois.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: