Devenir Français

Ayant grandi à Genève, la notion de double nationalité n’est pas exactement exotique pour moi : dans cette ville inter­nationale, avoir plusieurs passe­port est très commun. Pour certains c’est une corvée administrative, pour d’autres, c’est au contraire une forme de snobisme. N’ayant qu’un seul passeport, c’est quelque chose qui n’était simplement pas accessible à moins d’un mariage.
Le mouvement «Rassemblement Wallon-France» a découvert un détail du code de la nationalité française qui pourrait aussi aider les Genevois en quête d’identité additionnelle : les ressortissants d’un territoire ayant été sous administration française peuvent demander la nationalité sans avoir séjourné cinq ans sur le territoire français. Genève fut occupée de 1798 à 1813 par la France.

5 thoughts on “Devenir Français

  1. Ça marche aussi pour les Valaisans: le Valais a été un département français (le Simplon) de 1810 à 1813.

    C’est aussi sans doute valable pour les Jurassiens.

    Genevois, Valaisans, Jurassiens… la France a-t-elle mérité ça?… :)

  2. À ce compte on peut rajouter la moitié de l’Afrique, tous les Québécois, mais aussi un quart des États-Unis (Louisiane vendue par Napoléon), Belgique, Pays-Bas, Hambourg (période révolutionnaire – napoléonienne) et l’Italie du Nord jusque Rome (idem).

    Et à quand remonte la France ? Si on remonte à Charlemagne ça fait un bon morceau de l’Europe de l’Ouest.

  3. C’est effectivement valable pour les habitants de l’ex-département du Mont-Terrible (le canton du Jura, plus le Jura Bernois et le Territoire de Belfort tout ensemble, de 1793 à 1800, date à laquelle il est rattaché au Haut-Rhin, jusqu’en 1815 où il est partagé entre la Suisse et la France.)

  4. Il y a à tout casser deux millions de romands, donc sur un pays à 64 millions…

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: