Jeu de rôle – open-source

Alias a sur son blog un billet concernant une proposition par BBS de faire un système de jeu générique avec un licence open source Creative Commons.

Je ne pense pas qu’un tel projet ait beaucoup d’intérêt. D’abord ce n’est pas une idée nouvelle, l’entrée de la wikipedia sur Open Gaming re­cense une bonne douzaine de systèmes sous une forme ou une autre de licence ouverte. Certains, comme Fudge, on connu un succès d’es­time, d’autres, comme Runequest, semblent être de grand anciens déci­dés à se faire une nouvelle jeunesse, aucun n’a eu de réel impact à mon sens et je doute qu’un nouveau venu puisse faire avancer le schmilblick sérieusement.

Pour moi le problème fondamental, c’est qu’un système de jeu générique n’a pratiquement aucune valeur : d’un côté n’importe qui peut en écrire un, de l’autre, pour les utilisateurs (joueurs et MJs), un système générique n’a d’intérêt que si tout le monde utilise le même et comme d’autres l’ont fait remarquer, il y a déjà beaucoup de systèmes génériques. Ajouter une nouvelle licence au problème ne changera rien. Ce qui a de la valeur dans le monde du JdR, ce sont les univers, les scénarios, et un système n’a réellement d’intérêt que s’il s’intègre bien à un univers, dans le contraire, tous les génériques ont tendance à se valoir.

À noter enfin que le modèle des licences libres fonctionnent bien dans la mesure ou le but est de garder toutes les additions, toutes les améliorations dans le pool commun. Le problème c’est qu’en jeu de rôle, plus ne veut généralement pas dire mieux, on a tôt fait de se retrouver avec un clone de Rolemaster, avec non seulement beaucoup de matériel très spécialisé, mais un système rempli de déséquilibres – ce qui va directement à l’encontre d’un des objectifs d’un système générique, permettre à un joueur de changer facilement de partie, de jeu. C’était déjà le problème de GURPS, le système était générique, mais personne ne jouait avec le système générique complet, mais un panachage particuliers d’extensions et d’options.

3 thoughts on “Jeu de rôle – open-source

  1. En fait, pour un jeu de rôle, c’est le côté imaginaire et artistique qui fait l’intérêt, ainsi que la maîtrise par une petite équipe ou une seule personne, pas le technique. Sans doute comme une bonne part des jeux vidéos, voire la littérature. Je connais peu de romans open-source, on est dans le même registre.

  2. Le «Thieves World» est un monde médiéval fantastique collaboratif, mais je ne sais pas si on peut parler d’open source…

  3. Non, en l’occurrence on ne peut pas, et ça reste un peu sans intérêt : c’est un monde où chaque auteur essaie de pisser plus loin que les voisins.

Leave a Reply to edomaur Cancel reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.