La fin des temps

Haruki Murakami 
 La fin des temps

Le livre La fin des temps d’Haruki Murakami avait à priori tout pour me plaire, un auteur que j’aime bien et un thème qui était fait pour me plaire, un informaticien qui part au pays des merveilles. Voici la présentation en dos de couverture.

Pour se rendre chez le vieux savant qui l’a engagé, un informaticien prend un ascenseur tellement lent qu’on ne sait pas s’il monte ou s’il descend. À l’arrivée, une jeune fille rondouillette et charmante l’accueille par un « C’est rat » pour le moins étrange. Mais cou sent le matin d’été dans un champ de melons… Bievenue au Pays des merveilles sans merci !

Ce livre souffre malheureusement d’un gros problème : la traduction, par Corinne Atlan est à mon avis très mauvaise. Je ne parle pas ici de problème de rendu en français de notion subtiles de la langue nipponne, d’approximation dans la traduction de tel ou tel terme de cuisine japonais. De fait, il y a admirablement peu de choses très japonaises dans le texte. Non, le problème c’est que le français à l’arrivée est lourd, maladroit et contient suffisamment de fautes pour qu’une personne comme moi les remarque et s’en irrite. Pour moi, le point critique a été atteint lorsque la traduction utilise l’expression « juger à l’aube de XXX ».

L’histoire est en elle même relativement lente et contemplative, elle m’a fait penser à l’animé Ailes Grises avec un petit univers étrange clôturé. Il y a beaucoup d’allusions littéraires: Les Frères Karamazov, Le Rouge & le Noir. Un auteur de littérature qui écrit en 1985 sur l’informatique et le cryptage avait probablement quelque chose d’original à l’époque, mais j’ai trouvé son approche très maladroite, ce qui fait un peu tâche avec un auteur qui manipule des idées assez complexes dans d’autres domaines. Peut-être que ses idées sur le cryptage ont, dans la version originale, une certaine beauté lyrique, si elles existaient, elles ont à mon avis été perdues à la traduction.

Haruki Murakami
Traduction Corinne Atlan
Points
ISBN : 978-2-02-051113-1

En conclusion, je pense que La fin des temps, est un potentiellement un roman intéressant, avec des réflexions intéressantes, et un univers original. À mon avis, le texte est desservi par la traduction, et je recommanderai la lecture du texte en anglais, ou s’il existe une autre traduction en français, de choisir celle-là. Personnellement, je pense que je vais éviter d’acheter d’autres traductions de Corinne Atlan.

2 thoughts on “La fin des temps

  1. je confirme qu’il est mal traduit, je suis tombée sur cette traduction il y a une dizaine d’année et j’ai failli ne jamais lire les autres Murakami… cela dit la traduction de Blade Runner reste un sommet dans le genre nul

  2. Effectivement, j’avais été relativement déçu par ce roman, alors qu’il le préféré de la personne (de nationalité japonaise) qui me l’avait conseillé. Ceci explique donc cela.

    Dommage.

Leave a Reply to David @ Ogi-Jima Cancel reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.