Dock 18

C64 Nacht @ Rote Fabrik

Un des aspect amusants à travailler dans un environnement très cosmopolite, c’est qu’on réalise régulièrement que proximité géographique ne rime pas avec familiarité. Ainsi, un collègue m’a ex­pliqué que la Rote Fabrik de Zürich était connue dans les milieux de gauche anglais, à cause de son rôle dans les émeute de 1980. Elle est très mal connue en suisse-romande et complètement inconnue en France.

Trente ans plus tard, l’endroit s’est passablement gentrifié, mais reste un haut-lien de la culture alter­native de la ville. C’est aussi un lieu agréable au bord du lac à proximité de chez moi, on y trouve un restau­rant, des salles de spectacles, et divers ateliers. Le Dock 18 est particulièrement intéressant pour un geek, vu que le lieu est dédié à l’interaction entre arts et technologie. Par exemple, cet après-midi a lieu un cours sur la fabrication de Thérémine basées sur des puces Arduino.

C-64 Dancing @ Die grosse C64 Nacht im Dock18

Hier soir j’étais descendu pour voir « Die grosse C64 Nacht im Dock18 », une présentation de démos basées sur le vénérable Commodore 64. La soirée était intéressante : j’y ai notam­ment découverte des cartouches d’extensions qui asser­vissent le Commodore pour en faire un instrument midi. Une des perfor­mances impliquait ainsi plusieurs C-64 asservis à un Mac sur lequel tournait Cubase. Il y avait aussi une sortes de guitare composées d’un écran plan qui contrôlait le son d’un C64 via le réseau sans-fil. Le spectacle le plus surprenant pour moi aura été de la danse sur le musique de Commodore 64. C’est quelque chose que je n’avais jamais vu avant, ni même réel­lement envisagé. Vu les rythmes assez particuliers de la musique, ça n’était pas non plus quelque chose de complètement évident.

D’une manière générale, ce qui m’a frappé, c’est la composition de l’audition : au delà des geeks portant des t-shirts noirs (certains avec des logo illuminés), il y avait aussi des étudiantes en arts visuel, et de simples quidams. Je me suis donc retrouvé à expliquer le principe de la démo et les limites techniques d’une machine qui est à présent mille fois moins puissante qu’un téléphone mobile. Force est de constater que ce qui fut une occupation de geeks il y a un quart de siècle est à présent devenu une forme d’art. En bref, ce fut une soirée très sympa, et je me réjouis de retrouver tout le monde à la Bünzli.

One thought on “Dock 18”

  1. Ca a l’air effectivement bien sympa comme endroit !
    Ce genre de soirée, ça me rappelle un peu une soirée 8bit qui avait été organisée a l’Usine (à Genève) il y a quelques années, avec le type sur scène qui mixait avec un GameBoy !
    Il y avait aussi eu a la Breakpoint 2007 le groupe “Press Play On Tape” (http://www.pressplayontape.com/) qui faisait des reprises instrumentale de musique C64.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.