Sortir de l’époque IV

IV NEM

J’ai longtemps joué à JRTM (le Jeu de Rôle des Terres du Milieu), qui avait pour cadre le monde du livre le Seigneur des Anneaux et le Hobbit. C’était à l’époque où ce n’était qu’un livre – bien qu’il existait un film, mais personne ne l’avait vu.

Un aspect intéressant dans la description du monde était les différents âges de son histoire, le premier et le second âge formaient un passé mythologique décrit dans les autres œuvres de Tolkien, le Silmarillion notamment. L’action se situait aux troisième âge, bien avant les évènements décrit dans le Hobbit et le Seigneur des Anneaux, qui marquent le début du quatrième âge.

Le choix du milieu de troisième âge comme cadre de jeu est très logique, c’est une époque où les créateurs mythiques comme les elfes sont encore plus communes, et certains royaumes qui ne sont que des ruines dans le Seigneur des Anneaux existent encore, cela offre beaucoup de possibilités de scénarios.

Comme je le mentionnais dans mon billet sur le modélisme ferroviaire, l’univers des trains miniatures a aussi ses divisions temporelles, des époques standardisées dans la norme NEM 800. Ces périodes n’ont pas des frontières très franches, le matériel et son marquage ne changeant pas instantanément, et pas exactement au même moment dans les différents pays.

L’époque I représente la période allant de l’origine des chemins de fer jusqu’à environ 1920 (la limite exacte change selon les pays). C’est une époque dominée par les trains à vapeur et les compagnies privées. En termes de style, elle correspondrait – je pense – au style Steampunk.

L’époque II correspond à la période allant jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale ou les années 50, selon les pays. Les grandes compagnies nationales apparaissent avec des grandes séries de matériel standardisé, c’est l’époque des records de vitesse pour les locomotives à vapeur. Les premiers trains électriques entrent en service, on voit les premiers prototypes de locomotives diesel et des bizarreries comme le Schienenzeppelin, cela correspond au style Dieselpunk.

L’époque III correspond à la période allant jusqu’à 1970 et la standardisation de la numérotation et le marquage des trains. Elle voit le déclin de la traction vapeur au profit du diesel ou des trains électriques. Le transport de voitures en train est commun, la troisième classe disparaît. Cela correspondrait à la période Atompunk.

L’époque IV correspond à la période allant jusqu’à la chute du mur de Berlin. C’est le début de l’époque moderne, les trains à grande vitesse apparaissent. Les compagnies changent leur identité visuelle: logos, couleurs. C’est la période Formicapunk.

L’époque V dure jusqu’en 2005, elle correspond à l’intégration européenne: les Deutsche Bundesbahn et la Reichsbahn sont unifiées, le tunnel sous la manche connecte la Grande Bretagne au réseau européen. Les compagnies nationales sont séparées entre l’infrastructure et les compagnies de transport. Les réseaux à grande vitesse s’étendent et traversent les frontières.

Nous sommes à présent dans l’époque VI. Connexion de l’Europe avec la Chine (OBOR).

Ce que je trouve intéressant, c’est d’observer quelle est la période préférée des modélistes. L’époques III et le début de l’époque IV semblent être les favorites en France et Allemagne. Cela s’explique probablement par le fait qu’il s’agit de l’âge d’or du rail dans ces pays, avec des trains mythiques comme le TEE. À cette époque on pouvait encore voir des locomotives à vapeur, qui sont un peu les elfes du modélisme ferroviaire.

En Suisse, les gens aiment beaucoup la fin de l’époque IV et le début de l’époque V, le modèle du chemin de fer du Käsenberg se situe dans les années 90. La traction à vapeur ont disparu très tôt en Suisse, et la locomotive mythique crocodile est restée en service jusqu’à la moitié des années 80. L’époque actuelle (VI) est aussi très intéressante en Suisse, avec beaucoup de nouveau matériel, que ce soit des acquisitions ou des transformations.

Logo époque IV NEM, domaine public.

Leave a Reply