Convoi – Partie à Martigny

Montagne vue du CERM à Martigny

Ce week-end, j’ai été à la Fête du Jeu à Martigny, une convention à laquelle je n’avais jamais été auparavant. Plus qu’une convention, la manifestation m’a fait penser à une foire, d’abord par le lieu : le CERM est une série de grande halles dotées d’un grand parking, ensuite par le programme qui comprenait un peu de tout : concours de cosplay, grandeur nature, jeu de plateau, garderie, initiations aux jeux de rôle.

Si j’avais inscrit une partie au programme, une fois sur place, j’ai réalisé que je n’avais pas de joueurs, l’inconvenient d’une convention où le jeu de rôle de table n’est qu’un aspect parmi d’autres. Si la convention avait un système de micros, d’abord il était trop top pour demander des joueurs, et ensuite il y avait le concours de Cosplay. Heureusement diverses connaissances et les gens de l’accueil m’ont trouvé un groupe for sympathique, mais il fallut que je compose avec un temps de jeux bien plus court, vu qu’on avait commencé plus tard, et que les joueurs voulaient participer à une seconde série de parties en soirée, ce que j’ai fait aussi, j’ai participé à une partie de Vampire très sympa.

Suite à la partie que j’avais organisée à Orc-Idée, j’avais décidé de créer quelques personnages pré-tirés. Mais j’avais finalement laissé au choix aux joueurs de prendre un pré-tiré ou une feuille blanche. La majorité a pris des feuilles blanches, l’ironie c’est qu’une des joueuses à pratiquement reconstruit un des pré-tirés. De fait, je réalise que le problème ne se situe pas tant au niveau du personnage initial, que de découvrir qu’il faut dépenser les points pour que le personnage soit utile, comprendre : capable d’affronter le scénario.

Le groupe a eu pas mal de peine à concevoir un plan pour voler le canon, ce qui fait qu’ils ont découvert le principe de la mort et des réincarnations très vite. J’ai aussi réalisé que si le principe de se baser sur la perception des autres joueurs marche, il faut cadrer ces descriptions si l’on veut pouvoir en faire un personnage rapidement.

Une solution pour cela serait d’avoir des mini-feuilles de personnages à distribuer aux autres joueurs, elles reprendraient les trois catégories que j’utilise sur la feuille de personnage : les caractéristiques du personnages (ce qu’il est), ses compétences (ce qu’il sait faire) et ses passions (ses défauts, dans le sens qu’ils compliquent le scénario). La feuille n’utilise que des mots, i.e. Olaf est fort. Restreindre et cadrer ces feuilles de ré-incarnations devrait éviter des trucs trop compliqués ou trop abstraits.

Faute de temps, le scénario s’est résumé au premier épisode, je n’ai donc pas pu vérifier que le second élément cyberpunk fonctionne bien, le fait que le wagon unique du convoi soit relativement éloigné a donné un bon frein, je pense au principe de ré-incarnation, vu qu’il fallait chaque fois faire une demi journée de voiture pour rejoindre l’action. Le fait que le premier élément soit plus Steampunk que Dieselpunk est probablement aussi un avantage, vu que le premier genre est mieux compris.

En fin de compte, je me suis bien amusé, et je pense que les joueurs aussi. Je pense qu’il est temps que j’écrive un petit manuel de départ pour les joueurs histoire de pouvoir accélérer le mouvement au début.

Edit: Alias et Balise ont publié des billets sur la convention.

Leave a Reply