Systèmes Virtuels

Après deux jour de relative accalmie (comprendre il n’a pas neigé, mais plu), la neige à repris de plus belle. Ce matin en allant au cours à Miyatake, je n’arrivais pas à voir à cinq mètres. Je suis arrivé trempé au cours de Japonais. Autant dire que ce n’est pas un temps qui encourage a sortir.

Après avoir discuté avec un ami par chat, j’ai été voir ce qu’il y a comme nouveautés. Un jeu m’a fait envie, Rise of Nations, s’il y a une version Mac qui accepterait de tourner sur mon Mac, impossible de l’acheter sur le site japonais d’Amazon, et celui des US refuse d’exporter le jeu au Japon. Ma fois tant pis. En attendant j’ai déterré les CDs d’un vieux jeu que j’aimais bien, Heroes of Might and Magic IV.

De fait, je n’avais joué avec sur ce laptop, et l’installation a été un peu problématique, en effet mon disque dur est formaté en HFS+ de manière à être case-sensitive, c’est à dire que les noms de fichiers ReadeMe.txt et README.TXT sont considérés comme étant complètement différents – ce n’est pas le comportement par défaut de HFS+. L’avantage c’est qu’ainsi configuré, le système est plus compatible avec les programmes Unix. L’inconvénient, c’est que certain vieux programmes Macintosh ont de la peine. La solution est raisonnablement simple, créer un disque virtuel avec le vieux formatage. Les données du disque sont ainsi représentées dans un gros fichier.

Avec Mac OS X 10.4, le système gère enfin des sparse images. L’avantage de ces images, c’est que le fichier peut-être plus petit que le disque qu’il représente. Avec le format habituel (DMG), un disque de un gigabyte est représenté par un fichier d’un gigabyte. Ce fichier peut-être compressé, mais seulement pour les images en lecture seulement. L’avantage des sparse images, c’est qu’elle ne prennent pas de place pour les sections inutilisées du disque.

D’une manière générale, la virtualisation est un trend qui vient de plus en plus naturellement. On émule de plus en plus le matériel. Un système d’exploitation est largement une machine virtuelle, qui de nos jours supporte invariablement de la mémoire virtuelle, des disques virtuels et utilise de plus en plus des réseaux virtuels (VPN). D’un côté, je pense que c’est une bonne chose, car c’est probablement la seule manière d’avancer sans être invariablement lié à des choix de design dans le matériel. D’un autre côté, une partie de moi regrette ce changement, car cela veut aussi dire que programmer près du matériel perd son sens.

2 thoughts on “Systèmes Virtuels”

  1. En même temps, travailler sur un truc comme Xen (xensource.com) ou Virtuozzo (OpenVZ.org) est quelque chose d’assez chouette en tant de développeur, non ?

  2. Et si tu as de la peine à faire tourner HOMM4, tu peux essayer Kingdom of Wesnoth (http://www.wesnoth.org). C’est un jeu de stratégie tout par tour, open source. Ce n’est pas aussi évolué que HOMM, mais je trouve très sympa.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: