Rapporter le cirque chez les dieux

सत्

Avant de voir Hiver Nomade, on a eu droit à quelques bandes annonces pour des petits films dont je n’avais jamais entendu parler, dont Sâdhu qui raconte, en Inde, le pèlerinage d’un ermite dans une grande ville. Une phrase qui m’a frappé dans cette bande annonce, c’est la phrase « What I see here is a big circus », qui s’applique pour moi assez bien aux différentes religions. Toutes semble vouloir à un point où un autre contrôler les passions et le cirque qui s’ensuit, à la recherche d’une pureté ou d’une autre, mais toutes se font en fin de compte absorber par le cirque.

Si je suis assez sceptique par rapport à la singularité, j’ai par contre bon espoir que les ordinateurs nous permettent une chose : transférer tout ce cirque dans le monde virtuel. La raison, à mon sens, pour laquelle l’humanité n’a jamais réussi à se libérer de ce cirque, c’est qu’il fait partie intégrante de la condition humaine. S’il semble difficile de s’en débarrasser, il me semble facile de le transférer dans le monde virtuel : tout y est plus grand, plus beau et tout y est possible. Certains objecteront, à raison, que ce monde est complètement imaginaire, fictif, une simple illusions, mais cela ne me semble pas être un problème, ce sont exactement les caractéristiques des rituels religieux.

Et imaginez comme le monde serait calme si toute cette agitation pouvaient disparaître simplement en éteignant son écran, son téléphone ou ses lunettes…

2 thoughts on “Rapporter le cirque chez les dieux

  1. Ça impliquerait que le cirque en question se laisse cantonner dans le virtuel. Vu la difficulté actuelle de garder les rituels dans les lieux de cultes, j’en doute.

    À mon avis, il serait presque plus simple de gérer le bazar avec des lunettes de réalité augmentées et un bon adblock.

Leave a Reply