Genève à l’horizon 2016

Plan RER Genève Horizon 2016

Hors donc, Genève verra son réseau de train régionaux étendu à l’horizon 2016: le projet de RER a été rendu public par les cantons de Genève et Vaud, ainsi que les autorités Françaises. Le nouveau réseau comportera des lignes régionales entre Lausanne et Annemasse et Nyon et Thonon. De même, les grandes lignes qui s’arrêtent à Genève pourront continuer jusqu’à Thonon ou Annecy. La clef de voûte de ces lignes est la ligne CEVA qui connecte les réseaux CFF et SNCF à travers la ville de Genève. La gare de Genève deviendra-t-elle un hub de transports ferroviaires ? Peut-être. La ville de Genève a en effet fait recours contre la rénovation de la Gare Cornavin. Raison invoquée ? Les CFF ont fait opposition à un projet immobilier à proximité de la même gare, arguant que de nouvelles voies ferrées seront nécessaires au moment de la mise en chantier de la troisième voie entre Genève et Lausanne. Je comprends que la ville désire construire des logements, car il y a pénurie, mais chercher à construire à proximité des voies alors que le canton met en chantier un projet qui a pour objectif d’augmenter significativement le traffic ferroviaire n’est pas très malin. Genève à l’horizon 2016 reste pareille à elle même…

4 thoughts on “Genève à l’horizon 2016

  1. Je ne crois pas que la question de la rénovation de la gare aura un gros impact sur le réseau régional. Surtout à l’horizon 2016, qui est à au moins deux élections de maintenant.

  2. Sur le réseau, probablement pas. Sur la fréquentation de la gare, moins sûr. C’est déjà le bordel quand un grand train arrive. Convaincre les pendulaires de prendre le train implique aussi de leur offrir un terminus gérable. Le choix entre la voiture et le train est largement dictée par des critères subjectifs, comme le confort.

    Effectivement jusqu’en 2016 il y a encore le temps, la question est de savoir si d’ici là le budget sera encore là. Si le projet de rénovation est bloqué, les CFF peuvent tout simplement allouer le budget a un autre projet – après tout si la ville est prête à faire opposition, c’est un signe que ce n’est pas une priorité. Si le maire obtient gain de cause cela voudra probablement dire des sur-coûts au moment de la construction de la troisième voie, et donc de la munition pour les autres candidats à la manne fédérale.

    Ça me semble être un très bon plan pour minimiser la quantité d’argent fédéral qui retourne à Genève.

  3. Ça fait deux siècles que ça fonctionne (ou pas) comme ça, Berne va finir par avoir l’habitude. ;)

Leave a Reply