Borne to be a larve

Le Boulet en train de dessiner une tête de dinosaure.

Si je lis de nombreux web-comics, rares sont ceux qui sont en français. Le est l’exception la plus notable. Avec ce sont les deux bande dessinées qui pour moi capture le mieux le zeitgeist, l’esprit de ce qui se passe autours de moi, mais aussi mes sentiments, mes pensées. Très souvent, en lisant les pages du Boulet, j’ai ce moment de satori où je me dis, c’est exactement ça. Il en faut beaucoup pour établir de nouveaux concepts dans ma tête, mais le Boulet est parvenu a insérer deux idées dans mon esprit : le Formicapunk et le Pixel Quantique.

Comme souvent avec les web-comics, j’ai commandé d’un bloc tous les albums sortis à ce jour. Pourquoi acheter avec de l’argent ce qui est accessible en-ligne ? D’abord parce que je pense que Boulet mérite mon argent, vu le plaisir que j’ai tiré de ses billets, c’est la moindre des choses. Ensuite, parce qu’après le toilettage de ce printemps sur mon blog, j’ai réalisé à quel point les choses ont tendance à disparaître vite sur le web, et je pense que ces billets sont quelque chose que j’aimerais relire dans le futur.

Notes 1 – Born to be a Larve
Boulet
Delcourt, Collection Shampooing
ISBN : 978-2-7560-1454-8

Born to be a larve est le premier volume des notes du boulet, couvrant la période entre juillet 2004 et juillet 2005. Outre les billets à proprement parler, il y a un second niveau de BD où le boulet et une amie à lui discutent et expliquent le contexte des billets. De fait, ce sont des billets que je ne pense jamais avoir lu sur le web, ils étaient sorti avant que je commence à lire le blog, et à l’époque la navigation en flash était pénible, donc je n’ai pas fait de rétrospective.

Ce qui m’a frappé, c’est la grande versatilité du Boulet, les billets sont fait dans une dizaine de styles différents, pourtant on y reconnaît toujours la patte de l’auteur. En un sens c’est l’exact opposé des comics américains où différents dessinateurs se succèdent sur une histoire, sans la moindre cohérence graphique. Comparé aux billets que l’ont voit ces temps, j’ai trouvé que le style graphique a peu changé, par contre la narration est me semble bien plus assurée en 2012, le Boulet s’assume plus, et ose des histoires plus barges, il s’égare plus dans l’imaginaire.

En conclusion un album très sympathique, qui donne de la profondeur et de la résolution aux billets disponibles sur le web, et que je recommande vivement.

One thought on “Borne to be a larve”

  1. Aha! Je vois donc qu’ils les ont réimprimés – la dernière fois que j’ai voulu les offrir, les premiers tomes étaient épuisés. Bonne nouvelle !

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: