La Suisse en un schéma

Principe Consensus
Extraverti France Italie
Intraverti Allemagne Suisse

Comme j’interagis avec beaucoup d’expats, je me retrouve souvent à essayer d’expliquer comment marche la Suisse. Expliquer son propre pays n’est de loin pas aisé, surtout quand on n’es pas politologue, sociologue, ou une autre sorte de logue. Néanmoins on finit par accumuler quelques explications simples pour donner quelque idées de base. La première explication c’est qu’en Suisse toute question à la même réponse qui est techniquement correcte, mais absolument inutile  : « ça dépend du canton  », à peu près tout sujet digne d’une conversation, religion, cuisine, enseignement, déneigement des routes ou taxation dépend du canton.

Une explication plus utile et plus intéressante m’a été donnée par une amie  : au nord de la Suisse, il y a l’Allemagne, un pays qui a en surface des règles, et en pratique les gens s’attendent à ce que ces règles s’appliquent. En Italie, il y a aussi des règles en surface, mais personne ne s’attend réellement à ce qu’elle s’appliquent en pratique, tout est réglé en dessous. En suisse, il n’y a pas de principe en surface, tout est réglé par la négociation.

Évidemment, lorsque j’ai répété cette idée, on m’a immédiatement objecté : «Oui, mais les français ? », après un peu de réflexion et un trajet à vélo, je suis arrivé à la table ci-contre. Comme toute simplification, elle est terriblement réductrice, une caricature pour expliquer quelque chose de terriblement complexe en une seule table. Si vous désirez quelque chose de sérieux, cherchez plutôt un texte écrit par quelqu’un qui a un titre qui se termine en logue.

Pour les autres, voici l’idée : le tableau présente la Suisse et ses trois gros pays adjacents, mille excuses aux autrichiens pour les avoirs ainsi exclu. Les cultures sont classées selon deux critères. Le premier c’est si la société est plutôt intravertie ou extravertie, il suffit de comparer les niveaux de glamour et de présence publique des dirigeants italiens ou français avec leur collègues allemand ou suisse pour comprendre de quoi je parle. Le second critère est si la société privilégie les principes ou les arrangements pratiques.

Clairement l’Allemagne et la France sont des pays à Principes, en surface l’Italie l’est aussi, mais juste en surface, en dessous tout le monde s’arrange. En Suisse, le consensus domine, au point que la langue dominante, le Suisse-allemand, n’est pas tant une langue qu’un compromis linguistique. Le système politique n’est guère plus qu’une collection de mini-États liés par des traités complexes, plus proche des cités-états italiennes que d’un royaume unifié comme la France.

One thought on “La Suisse en un schéma”

  1. Tu penses qu’un sexologue pourrait permettre de mieux comprendre ton schéma?

    À la réflexion, peut-être que oui, en fait.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: