ハウルの動く城 / le château ambulant / Howl’s moving castle

J’ai été voir le château ambulant (ハウルの動く城) de Hayao Myasaki. J’hésite à dire que c’est le meilleur film de Myasaki, mais j’ai toujours eu un faible pour Mon voisin Totoro. Ce film reprend les éléments typiques de Myasaki tout en offrant une histoire nouvelle.
Là où Porco Rosso se passait dans l’adriatique au prémisses de la second guerre mondiale, le château ambulant a pour une décor un environnement germanique avant la première. Là encore, la guerre est un élément de fond important, sans être réellement défini. Le film est définitivement plus adulte que le voyage de Chihiro, l’héroïne est plus âgée et l’histoire plus sérieuse.

Graphiquement, le film est superbe avec des dessins magnifiques sans avoir jamais l’impression d’effets gratuits. L’amour des détail de Myasaki fait que cela donne un univers très cohérent graphiquement. C’est un truc que je trouve admirable, qu’un Japonais réussisse à représenter une Europe imaginaire de manière plus crédible qu’un producteur hollywoodien n’arrive à rendre une ville européenne existante (j’ai été traumatisé par Zürich dans the Bourne Conspiracy).

Je n’ai eu que deux regrets, l’un est les sous-titres français qui étaient parfois un peu aux fraises, l’autre était la fin de l’histoire qui est peu capilo-tractée. Je sais que c’est une caractéristique de ce genre d’histoires, mais j’aurais préféré que l’histoire de l’épouvantail soit un peu mieux développée.

Dans tous les cas, c’est un film que je recommanderais à tout le monde…

6 thoughts on “ハウルの動く城 / le château ambulant / Howl’s moving castle”

  1. Vu hier. En effet, très, très bien. L’univers semble tiré directement de Château Falkenstein: l’ambiance centre-européenne victorienne, les bidules anachroniques, la sorcellerie et les magiciens à la cour.

    La version française est décente; pas transcendante, mais surprenamment agréable.

    Je suppose qu’il doit y avoir pas mal de choses à dire sur la symbolique de l’âge apparent de l’héroïne, qui change régulièrement au cours des scènes — parfois de façon évidente, mais le plus souvent de façon plus subtile. Il faudrait sans doute le revoir plusieurs fois.

  2. C’est de nouveau une histoire de cul, voilà tout…

    J’ai trouvé le film vraiment bien et je pense le revoir. D’ailleurs, je pense aussi faire une note sur mon blog et gagner à la loterie un peu après.

  3. À part ça, Isa et moi sommes allés voir l’expo à Paris (jusqu’au 15 mars à la Monnaie de Paris).

    C’est plutôt pas mal, mais pas si grand et, au final, un peu décevant: l’expo ne met pas assez en parallèle les deux oeuvres pour en montrer les points communs et divergents. Le plus souvent, on a des grands panneaux avec Moebius d’un côté, Miyazaki de l’autre; ils sont rarement côte-à-côte, ce qui est dommage: quand ils le sont (par exemple une interview croisée en vidéo), c’est le plus intéressant.

  4. j’ai vu “le chateau ambulant” qu’une fois et il y a assez longtemps,
    pourtant l’impression que m’a laissé le film est encore vive. C’est vraiment un film
    original avec des parsonnages hors normes. Ca m’a bcp plu.

  5. oui nous aussi on l’a vu quand on ne savait pas quoi faire à Shibuya ;’p, faut dire qu’on attendait impatiemment sa sortie!

    J’avoue qu’en japonais, on a ueu un peu de mal à tout comprendre!

Leave a Reply to Thias Cancel reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.