Engrenages du Moulin

Moulin Souterrain

Engrenages du Moulin

Ce dimanche nous sommes allés visiter une des bizarreries de l’arc jurassien : les moulins souterrains du Col des Roches.

Dès le XVIIe siècle, des roues à aube sont installées sous terre pour moudre le grain, presser de l’huile et scier des troncs. Les moulins furent abandonnés à l’aube du XXe et réhabilité comme exposition dès 1973. On peut aujourd’hui visiter les caves, voire certaines roues à aube en service, il y a aussi un petit musée / exposition. D’après la guide, ce type de moulin est unique en Europe.

Voir des moulins dans une grotte est quelque chose de très surprenant, plus quelque chose qu’on attendrait dans un monde médiéval fantastique que la réalité. Évidemment, moudre dans une grotte, dans l’humidité et les ténèbres pose des problèmes, ainsi le moulin à grain comporte un toit à l’intérieur de la caverne.

Bref une visite intéressante à faire si vous êtes dans la région du Locle, surtout si vous désirez un peu de fraîcheur en été.

Présentation de jeu de rôle Convoi, prenons le train de la mémoire Par Nicole Loutan

Convoi – Chroniques d’Altaride

Présentation de jeu de rôle Convoi, prenons le train de la mémoire Par Nicole Loutan

Il y a quelque temps, Nicole Loutan m’avait interviewée concernant Convoi, pour la revue Les Chroniques d’Altaride, produit par la Guilde d’Altaride, un Collectif ouvert d’écriture rôlistique. Axelle Bouet avait notamment illustré la couverture du № 36 dédié à la médecine.

Entre temps, le № 39 dédié au voyage est paru, et il contient une présentation de mon jeu Convoi, ainsi que l’interview. Le tout se trouve à partir de la page 56. Je dois dire que j’ai beaucoup aimé la manière dont Nicole à illustré l’article, cela colle très bien à l’ambiance. C’est un peu étrange pour moi de faire une interview concernant un jeu qui est, somme toute, dans un état encore très embryonnaire.

Première Page du Scénario Rêve de Dragon 'Mort-Rêvants'

Mort-Rêvants

Première Page du Scénario Rêve de Dragon 'Mort-Rêvants'

Le numéro 7 du Tinkle Bavard était un spécial Gore, et le matériel de jeu publié était donc sur ce thème. Parler de scénario Rêve de Dragon pour Mort-Rêvants, est un peu une exagération : le texte fait à peine deux pages, c’est plus une idée de base pour une improvisation qu’un scénario à proprement parler. Cela dit je l’avais fait jouer et comme souvent à l’époque, j’avais préparé du matériel en plus qui ne fut pas publié, principalement parce que l’écriture du scénario avait été précipitée, en partie pour tenir le délais de ce numéro à thème.

L’idée centrale du scénario est assez simple : les personnage se réveillent morts, ils sont des morts-vivants, invoqués par une magicienne pour remplir une mission, celle-ci accomplie, ils pourront mourir réellement. L’intérêt du scénario (fort mal exprimé), est surtout d’offrir aux joueurs une possibilité de jouer les méchants et de délirer quelque peu. Je pense qu’on pourrait faire quelque chose de ce scénario, mais cela impliquerait pas mal de travail.

La mise en page du scénario est assez catastrophique, avec du texte en Zapf Chancery, et un titre bricolé avec Word-Art ou un programme similaire. Je ne me souviens plus qui avait fait les illustrations, les illustrateurs étaient crédités pour tout le fanzine : Laurent Nègre, Thierry Cretton, André Galley, Nicolas, Alex Baladi, Victor Treier, Yann Hermenier, José Hubert, Roboduck. Je crois que la première illustration était de Nicolas, la seconde d’André Galley, mais on parle de quelque chose qui date de presque un quart de siècle. Le squelette était l’un des clip-arts de base de Mac OS 6.

Le scénario est disponible au format PDF

OpenRailwayMap

openrailwaymap_divonne_les_bains

J’ai récemment découvert le site OpenRailWayMap, qui offre une carte globale des chemins de fer dans le monde. Les données proviennent d’OpenStreetMap le site de cartographie collaboratif.

Ce qui est intéressant, c’est que le site présente non seulement la position des voies de chemin de fer, mais aussi leur usage, et inclut les tronçons abandonnées. Par exemple, la capture d’écran ci-contre inclut la ligne Nyon ↔ Divonne-les-Bains qui a été abandonnée en 1962.

D’une manière plus générale, c’est un bon outil pour visualiser l’état du réseau ferré. Si les lignes abandonnées sont rares en Suisse – la plus proche est la connexion Oberhäsli ↔ Buchs-Dällikon de l’ancienne Schipkapass-Bahn, abandonnée en 1968 – elles sont en général très nombreuses en Europe.

Un Tramway a voie étroite tracté par un cheval

Retour à Rapperswil

Un Tramway a voie étroite tracté par un cheval

Même si cela fait à présent plus de 7 ans que je vis à Zürich, je n’étais jamais allé au zoo pour enfants de Rapperswil. C’est un endroit dont j’avais d’excellent souvenirs de l’époque où j’étais enfant, mais je n’ai jamais réellement eu de raison d’y retourner. Nous avons profité de ce samedi ensoleillé et d’une sortie en commun avec différents amis et familles pour visiter Rapperswil, et le zoo.

Rapperswil est une petite ville absolument charmante, dotée d’un château qui domine le lac, et d’un parc de rosiers attaché à un couvent de capucins, bref la cible idéale pour une petite excursion au départ de Zürich. Ceux qui ont le temps peuvent même s’y rendre en bateau.

Le zoo Knie est l’un de ces endroit où je me souviens avoir été enfant, s’il n’est de loin pas aussi grand et riche que celui de Zürich, il est conçu pour les enfants, avec de nombreuses attractions : tour en poney, chameau, éléphant, ainsi qu’un petit tramway tracté par un cheval. Il y a aussi un bassin avec un show d’éléphants de mer.

Ce qui m’a frappé, c’est à quel point les choses correspondaient à mes souvenirs : le bateau pirate dans le bassin des flamands roses, la baleine en béton sur laquelle on peut grimper, le tunnel de verdure pour le tramway, les silhouettes découpées dans le mur à l’entrée. Certaines choses ont néanmoins changé, là où il y a aujourd’hui des lions de mer, il y avait des Dauphins, et toute la zone à l’est où se trouvent les éléphants a été complètement changée, avec pavillons en bois et restaurant thaï.

Bref, Rapperswil est une petite ville sympa à visiter si vous êtes dans la région de Zürich.

Watahiki-Sensei, 7th Dan, du Dōjō de la branche d'Ibaraki à la 51ᵉ Japan Aikido Demonstration

Aïkidō, art martial d’arrière garde…

Watahiki-Sensei, 7th Dan, du Dōjō de la branche d'Ibaraki à la 51ᵉ Japan Aikido Demonstration

Ce week-end, nous avons eu un très bon stage d’aïkidō donné par 池田 (Ikeda) (Hiroshi). En rangeant les tatami après la dernière session, j’ai réalisé qu’en fait, l’aïkidō est un art martial d’arrière garde. Cela ne signifie pas que je pense que le monde de l’aïkidō soit particulièrement conservateur, même si ce n’est pas non plus un art récent.

Non, ce que je veux dire c’est que l’aïkidō est un art martial où le plus important c’est l’arrière-garde du corps : les hanches. L’avant-garde du corps, les mains particulièrement, sont les plus contraintes, elles gardent le contact avec l’adversaire, doivent rester devant le corps pour rester efficaces, et souvent elles se changent de position en dernier, ce qui est logique : c’est à l’interface que les informations passent à l’adversaire.

Lorsque je n’arrive pas à faire une technique, dans la majorité des cas, c’est que je n’utilise pas assez mes hanches. Cette tendance à vouloir faire les choses avec les bras, l’avant-garde, ne m’est pas propre : utilises tes hanches est quelque chose que bien des pratiquants ont entendu.

Je me dis que cette tendance à vouloir faire les choses à l’avant garde est une idée très répandue, que ce soit de réformer l’élite, de faire un prototype, ou bien de lancer tel ou tel pilote. On fête le changement, ou tout du moins son annonce, et on oublie ; le centre de gravité, lui n’a pas bougé. Peut-être que la société devrait-elle aussi apprendre à bouger ses hanches…

51st All Japan Aikido Demonstration © L’Œil étranger, photo de la 51e All Japan Aikido Demonstration, Watahiki-Sensei, 7e Dan, du Dōjō de la branche d’Ibaraki. Photo retouchée avec le filtre spatter. License Creative Common Attribution 2.0 Générique.