Retour à Berlin

Église du Souvenir de Berlin – Kaiser-Wilhelm-Gedächtniskirche

Je me suis rendu plusieurs fois à Berlin il y a 7-8 ans, d’abord pour découvrir la ville, mais aussi pour participer à la Conférence du Chaos Computer Club. J’y suis retourné il y a quelques jours pour un long week-end avec femme et enfant. Ça a été pour moi l’occasion de redécouvrir la ville, et de visiter de nouveaux endroits.

Berlin a pas mal changé durant ces 7 dernières années, beaucoup de bâtiments reconstruits, la gare centrale, par exemple  ; de nombreuses zones qui étaient en friche sont à présent bâties. La cité donne pourtant toujours l’impression d’être un grand chantier. Le nouvel aéroport n’est toujours pas terminé, il aurait du être inauguré en 2010. La ville s’est pas mal gentrifiée, et j’ai eu l’impression qu’il y avait plus de touristes – ce qui est justifié, il y a beaucoup à voir.

Nous avons eu droit à la Tocata & Fugue à l’orgue lorsque nous avons visité la Cathédrale de Berlin, sur la même île, nous avons été voir le Musée de Pergame, qui est très impressionnant. J’ai beaucoup apprécié les mini-exposition qui font la connections entre le monde perse, l’antiquité romaine et l’art musulman.

Dans un style différent, le musée de la RDA était bondé mais intéressant ; je savais que la carrosserie de la Trabant était en plastique – ce qui n’était pas si exotique, c’est aussi le cas de la , je n’avais pas réalisé qu’il s’agissait d’un composite de coton – ce qui explique le mythe du cochon qui mange la carrosserie dans Chat Noir, Chat Blanc d’Emir Kusturica. Au delà de l’Ostalgie, les explications sur la Stasi et le contrôle social pratiqué par le gouvernement sont malheureusement d’actualité.

Les morceaux du mur sont devenus des vestiges isolés, éparpillés dans la ville, selon les quartiers, les oscillent entre le statut de street art ou d’élément historique. Le long segment près de la gare de la rue Varsovie, est à présent protégé par un grillage. Barrière passée qui requiert sa propre barrière de protection. L’exposition et le panorama au checkpoint Charlie étaient intéressants, mais un local nous a fait remarquer que seules les deux poutrelles métalliques qui soutiennent le panneau vous quittez le secteur américain sont d’origine.

Au delà des mémoriaux dédiés aux victimes du nazisme, les expositions et explications sur la période sont nombreuses. Malheureusement elles aussi sont d’actualités, le référendum turc sur les pouvoirs du président a escaladé en échanges médiatiques peu subtils, le gouvernement turque accusant l’Allemagne de nazisme, cela a fait la une des médias durant notre séjour. Curieusement la presse française n’en a pas beaucoup parlé…

Flattr this!

Leave a Reply