Convaincre les gens…

Chaton blanc

Cute Kitten ⓒ Rehman Chughtai
Creative Commons

Les gens qui ont vécu l’époque du minitel on tendance à affirmer que tout ce que l’on trouve aujourd’hui sur internet existait déjà à l’époque : messageries, site érotiques, publicité, et arnaques diverses. Les escroqueries dites nigériennes tournaient déjà sur les télex. Pourtant une chose est difficile à faire en basse résolution : les images de trucs mignons.

Depuis on s’est bien rattrapé : internet regorge d’images de bébés phoques, de vidéos de chatons. Je n’ai rien à objecter à cela, il y a des journées où l’on a tous besoin d’un arc-en-ciel ou d’un coin de feu pour se redonner du courage. Ce qui m’ennuie plus, ce sont les divers billets, post et autres e-mails contenant des images très émotionnelles, qui cherchent à vous convaincre de quelque chose, généralement simpliste.

Quiconque utilise une telle stratégie de communication et prétend agir à long terme se fourvoie sérieusement : si une personne peut-être convaincue par une image aujourd’hui, elle pourra l’être demain pour son contraire ; elle n’est acquise à la cause que jusqu’à la prochaine émotion. Aujourd’hui convaincue d’adopter des solutions qui violent la seconde loi de la thermodynamique pour lutter contre le réchauffement climatique, elle pourra être convaincue d’abroger la charte des droits de l’homme pour lutter contre la pédophilie demain.

La seule action durable possible avec ce genre de stratégie serait de convaincre les gens de renoncer au droit de vote, mais ça, ça serait violer la charte des droits de l’homme…

Mürren 2012Mürren 2012Mürren 2012ミューレン 2012

Flyer for the Aikidō stage in Mürren, with a picture of Cindy Hayashi's face in front of the alps.

今週三回にアルプス山脈の中で合気道の学校しました。林先生とスピツバートー先生教えてくれました。去年より天気がちょっと曇っていましたが景色が素晴らしかったです。難しい技術を勉強してとても面白かった、今疲れたです。

This year, for the third time, I went in the middle of the alps for aikidō training taught by Cindy Hayashi and Roland Spitzbart. Compared to last year, the weather was a bit cloudy, but the view was gorgeous nonetheless. We studied quite complex techniques, but it was very interesting. Now I’m tired.

Cette année, pour la troisième fois, je suis allé au milieu des alpes pour un stage d’aïkidō donné par Cindy Hayashi et Roland Spitzbart. Comparé à l’année passée, le temps a été un peu plus nuageux, mais la vue était quand même magnifique. Nous avons étudié des techniques plutôt complexes, c’était très intéressant. À présent, je suis fatigué.

Dieses Jahr zum dritten Mal, war ich in der Mitten den Alpen für ein Aikidō Training, der durch Cindy Hayashi und Roland Spitzbart gegeben war. Im Vergleich zum letzten Jahr war das Wetter eine bisschen bewölkt, aber die Aussicht war wunderbar. Wir haben komplexe Techniken studiert, es was sehr interessant. Jetzt bin ich müde.

Opinions

Un des clichés des films d’arts martiaux est le maître qui explique longuement à son élève l’importance de ne pas se battre, de choisir soigneusement ses combats. J’aurais aimé qu’au moment où l’on m’a enseigné l’argumentation, la thèse, l’anti-thèse, et la synthèse, on parle un peu du fait de ne pas avoir d’avis.

Avoir un avis informé, une réelle opinion sur une question est quelque chose qui requiert de l’énergie, un investissement de soi. L’alternative est de recycler les opinions des autres, et honnêtement, on ne sait pas réellement où elles ont été forgées, et par qui. Peut-être comme beaucoup de choses aujourd’hui, dans une immense usine en Chine…

Comme beaucoup de choses, les opinions souffrent de l’inflation : tout le monde en a plein, personne ne veut celles des autres. Le résultat est que j’ai plus tendance à prêter attention aux gens qui ne donnent leur opinion que rarement. Pour beaucoup de personnes, ne pas avoir d’avis est un acte de faiblesse, change d’avis encore plus. Pourtant ces deux actes sont ce qui donne de la valeur à un avis : une personne qui hésite est une personne qui réfléchit, et une personne qui peut changer d’avis est une personne qui écoute.

L’hésitation, ou le changement perpétuel de cap sont un problème au moment de l’exécution, au moment d’agir, à ce moment là, il faut être clair, décidé. Paradoxalement, les gens ont le plus souvent des avis tranchés sur des questions où leur capacités d’action sont limitées. Si je change d’avis au sujet de la prochaine élection des États-Unis, cela ne changera pas grand-chose : je n’ai pas le droit de vote, peu d’occasions d’interagir avec des personnes qui l’ont, et je n’ai jamais vu une personne en influencer durablement une autre sur ce genre de questions simplement en exposant son opinion.

La foi est naturellement l’opinion tranchée la plus extrême. Elle est par définition impossible à justifier objectivement, et le système de pensée qui punit le plus le changement d’opinion et l’hésitation.

The Kanji of Aikidō Ⅸ – halvesLes kanji de l’aikidō Ⅸ – moitiés

½

Il y a deux manière d’exprimer la notion de moitié en japonais : la première au moyen du kanji (HAN), qui signifie simplement la moitié, la seconde au moyen du kanji (kata), qui signifie un de deux. L’opposé de kata est (ryō), qui signifie deux de deux.

There are two ways to express the notion of half in japanese: first the kanji (HAN), which simply means half, the second using kanji (kata), which means one out of two. The opposition of kata is (ryō), which means two out of two.


Le Kanji d’aujourd’hui :Today’s Kanji:
Kanji Kun ON Kun ON Signification Aikidō Henshall
なか.ば (naka.ba) ハン (HAN) Half, odd, semiDemi, impair, semi The standard aikidō position is called 半身 (hanmi) (half body), a one handed grasp is called
片手取り (kata-te-dori): one hand (out of two) holding. A two hand holds is called 両手取り (ryō-te-dori): two hands (out of two) holding.
La position standard en aïkidō est appellée 半身 (hanmi) (moitié du corps), une saisie à une main est appellée 片手取り (kata-te-dori) : une main (de deux) qui tient. Une saisie à deux mains est appellée 両手取り (ryō-te-dori) : deux mains (de deux) qui tiennent.
195
かた (kata) ヘン (HEN) One out of twoUn de deux 969
ふた.つ (futa.tsu) リョウ (RYŌ) Two out of twoDeux de deux 411

Fontes FrakturFraktur Fonts

𝔉

Les police de caractères dites gothiques m’ont fascinée avant même que je commence le jeu de rôle. Mes parents avaient quelques vieux livres en Fraktur – le terme employé par les allemand pour désigner ce genre d’écritures – et leur aspect visuel m’a toujours semblé plus riche, plus mystérieux, l’écriture des contes et des mystères.

Cette fascination a naturellement continué avec la pratique du jeu de rôle, surtout lors de la rédaction du fanzine , mais j’ai aussi commencé à réaliser qu’il ne s’agissait pas simplement d’une apparence, mais d’un système d’écriture plus complexe que celui auquel j’étais habitué, que mon ordinateur de l’époque pouvait gérer. Le Eszett allemand est un des derniers survivants typographiques de cette époque.

Récemment, je suis tombé sur la police Unifraktur Cook, une très belle fonte Fraktur, open-source, qui de surcroit implémente les règles de typographie anciennes grâce aux fonctionnalités de ligatures avancées qu’offrent les systèmes d’exploitations modernes (OpenType, Apple Advanced Typography). Le résultat est qu’on peut entrer un texte au format moderne, et il apparaît selon les règles anciennes ; un travail admirable.

Ce que j’ai trouvé intéressant, c’est que si je regarde le résultat avec mon œil de technicien, l’ancien système n’est pas complètement idiot  :

  • En français, les ‘s’ finaux se prononcent différemment des autres ‘s’, avoir une différentiation typographique entre les ‘s’ finaux et les autres (‘ſ’) est une plutôt bonne idée.
  • Les double ‘n’ et les double ‘m’ ne servent pas à grand chose et prennent beaucoup de place, les simplifier avec une barre dessus (n̄, m̄) est une bonne optimisation.
  • La technique pour mettre en emphase du texte n’est pas d’ajouter de la graisse, déjà abondante dans ces polices, mais d’ajouter de l’espacement. Une technique que je retrouve parfois dans les commentaires du code.

Si je ne vais certainement pas remplace ma fonte par défaut par une fonte fraktur, je trouve intéressant de voir que le système supportait des optimisations très geek, aujourd’hui disparues. Maudits littéraires !

Hancock

Will Smith's face with the reflection of Los Angeles in his sunglasses

Another DVD I found in the discount bins is Hancock by Peter Berg. I saw the trailer ages ago, and I liked the idea: Hancock, a super-hero played by Will Smith is basically a bum. He saves the life of a PR guy (Jason Bateman), who decides to fix Hancock’s image, despite the reluctance of his wife (Charlize Theron).

I was actually pleasantly surprised by the plot, that is, there is one. I was thankful that the movie did not stretch the initial PR-guy & Bum couple idea through the movie. Still, the movie is all over the place: at times I had the feeling of seing a movie from the 80′s like Ghostbuster, then there is something deeper about Hancock’s solitude, then a plot twist and we have another style, with some basic comedy inserted randomly.

While Will Smith plays the hunkering drunk super-hero pretty reasonably well, his performance does not match some of the things we learn later; Charlize Theron does the hostile housewife pretty fine, but I was not really convinced by Jason Bateman’s performance. The idea of an idealistic and naive PR is not very credible, and he overplays this to the point where he is less believable than people with super-powers. I think the movie would have been better balanced if he was more cynic and intelligent, more grown-up.

In conclusion, the movie is not bad and seems to have done well enough to justify a sequel, but then again, what movie does not get a sequel nowadays? It is an acceptable comedy, which is a shame because I have feeling it could have been more.

Sky Captain and the World of Tomorrow

Jude Law, Gwyneth Paltrow and Angelica Jolie in front of a machine decorated with a skull head

I don’t watch many movies, and given my backlog, I can just wait until movies appear in the discount bins to grab the DVD. Yesterday I bought a batch among which there was a copy of Sky Captain and the World of Tomorrow, by Kerry Conran. A fake pulp movie with giant robots, airplanes, Gwyneth Paltrow, and Angelina Jolie seemed appropriate for an evening where I did not want to thing much.

This movie, along Casshern, was one of the first to be shot entirely with a digital backlot, that is there were no real sets used for it whatsoever (the movie was shot in 2004). When watching Casshern, I regretted no seeing the blue-ray version, such was the quality of the picture. For Sky Captain and the World of Tomorrow, I had no such regrets, the movie emulates the pulp look and feel, with subdued colours and large flat areas. While it is fitting to the thema of the movie, blurry sepia tinted movies hardly requires a high-definition display.

The plot is what you could expect from such a movie, not terribly original, but perfectly passable and in the general tone of pulp stories, in the end, this was one of the aspects of the movie I had the least issues with. Historical consistency, of course, was completely absent, the movie starts with the Hindenburg III docking the empire state building in 1939, so Germany and the US seem to be at peace, yet everybody talks about World War I, even though there was no second. This did not really bother me, as I have since long lost any expectation of somebody related to hollywood having a clue about history, or reality in general.

My two main gripes were the rythme and the lead actors. I would have expected a pulp movie to have the same pace as the Indiana Jones movies, with maybe a few larger panoramic shots for the giant robots, flying platforms, rokets, etc, instead I got something that made metropolis feel fasts, with wooden acting. In one of the first scenes, the journalist is fleeing between the legs of giant robots while sky captain is fighting them using his airplane, I had more exciting trips to the supermarket.

The movie very much revolves around the two main characters: Sky Captain (Jude Law) and the journalist Polly Perkins (Gwyneth Paltrow), who are a bickering couple whose panters is supposed to pepper the movie. It does not work. Iron Man has proven that Gwyneth Paltrow can do the bickering couple pretty well, but Jude Low is not Robert Downey Junior, in fact he is so much the poster pilot that he is completely forgettable. I remember his airplane better than him. In fact the movie would in my opinion be better with Gwyneth Paltrow arguing with an airplane.

Another weak part of story were the antagonists, the mysterious assassin played by Bai Ling is robotically unexpressive, and the main bad guy is played by a dead actor: Laurence Olivier. Mysterious does not mean absent, one hand, a voice and white cat make perfectly functional vilains.

Given the fact that pretty much all acting in the movie seemed wooden, I suspect this is more related to the director than the actors. The only moments where the movie quickens a bit is when Angelica Jolie is on screen, both her character and her acting really stand out, and I felt that Commander Angelica Jolie and her british flying platform would also have been a better movie.

One of the lame gags of the movie is that the journalist character only has 2 shots left in her camera and cannot commit to take pictures of all the amazing stuff she sees. In a sense, this movie is just what she misses: a set of gorgeous scenes, with some plot woven into it, slowed down so that the visuals can shine; the result is a pretty boring movie.


e: picture

Symbola Font

オーエステンとかiOSはができるけどLinuxとかでみかせん。無料フォントに奇麗な絵文字があります。それでこのブログの字が見られる。

Mac OS X and iOS can display , but Linux and similar systems often cannot. The font contains the emoji character range, and so lets you see all characters in this blog.

Mac OS X et iOS peuvent afficher les emoji, mais Linux et consort ont souvent de la peine. La fonte gratuite contient les caractères emoji et permet de voir tous les symboles sur ce blog.

The bandwidth of voting

🗽

So US citizen are going to elect a new president soon. One way of looking at voting is that it is the transmission of information from the people to the country. So we can measure the bandwidth of each voter to the government. The election for the US president is basically a choice between two candidates, as all other candidates have basically zero chance of getting through. This can be represented using 1 bit, transmitted every 126230400 second. The house of representative is also a two party choice happening every second year, so we have 1 bit transmitted every 63115200 second, and the same for the senate. For the US federal government, this gives us a total of 1 bit per 25246080 seconds, which translates to roughly 39.61 nano-bits per second.

Omoide Poroporo

Only yesterday / おもひでぽろぽろ

Omoide Poroporo

昨年は三鷹の森ジブリ美術館行った時おもひでぽろぽろを買ってスイスに変えって忘れてしまいました。昨日見て自分の思い出を考えてました。本当に奇麗な映画です。

Last year, while visiting the ghibli museum in Mitaka, I bought Only Yesterday, but forgot about it when coming home to switzerland. Yesterday I watched it and it brought back lots of memories. It is a truly beautiful movie.

L’année dernière, en visitant le Musée Ghibli, j’avais acheté Souvenirs goutte à goutte, mais je l’ai complètement oublié en rentrant en Suisse. Hier je l’ai regardé et il m’a rapporté beaucoup de souvenirs, c’est un très beau film.

Comme son titre l’indique, Souvenirs goutte à goutte de 勲 高畑 (Isao Takahata) est un film sur les souvenirs, l’héroïne est une employée de bureau célibataire de Tōkyō et la madeleine un coup de film familial. La réminiscence a lieu durant un voyage à la campagne pour la récolte des Carthame des teinturiers, ce qui donne un parallèle élégant avec le retour à l’origine, et l’occasion de magnifiques paysages typiques du Studio Ghibli.

Même si l’enfance y joue un rôle prépondérant, ce n’est pas un film pour les enfants (il a un même un rating Parental Guidance). J’ai trouvé le regard sur l’enfance passée très juste et le rythme très adapté au thème. Le générique de fin se rapproche plus au style que l’on associe au film Myasaki. Contrairement à pas mal d’histoire japonaises adultes, celle-ci a une conclusion claire, ce qui devrait moins dérouter certains spectateurs occidentaux. J’ai aussi bien aimé la nature non-intuitive de la multiplication des fractions, mais c’est mon côté matheux.

Bref un petit film d’animation très sympathique que je recommande vivement.