Daytime Moon

Daytime moon through clouds ⓒ BobMacInnes – Creative Commons Attribution 2.0 Generic

Getting older, you learn the world is not like in children’s books, some differences between fables and reality are obvious: there is a clear deficit in dragons. While many other differences fall into the reality is complicated category, sometimes the books just seem to miss some of the magic of reality.

I find this sad, because this shows that whoever wrote the child’s book was not looking at reality with the right eye – the same people who draw the rainbows backward. One typical example of this is that the moon only shows at night in children’s book, all our imagery associates the moon with the night. This is strange to me because the moon does not seem to be bothered by such rules…

About the Gnomes of Zürich

Gotthard Tunnel

With the exchange rate of the swiss franc soaring, the expression Gnomes of Zürich has reappeared. The idea of portraying swiss people as gnomes is ridiculous, and shows the extent of the ignorance of the anglo-saxon people. Swiss people are not gnomes, they are dwarves.
Consider the following:

  • The most important project in Switzerland is a tunnel.
  • The contribution of Switzerland to physics is a tunnel.
  • The fighter jets used by the swiss army are designed to fit into tunnels.
  • The futuristic swiss projet that got abandoned was a tunnel.

Make your own conclusions…

Street Parade 2011

2011

This summer’s weather has been quite disappointing, it has been raining to the point I was reminded of the rainy season in Japan. Because of this, there were fears that the street parade would get doused, like it was in the two previous years, but in the end, the weather was fine. There were also fears that people from neighbouring countries would not come to the parade because of the strong swiss franc, but in the end 900’000 people came to the street parade, a quarter of a million more than last year.

The party was nice, and felt somehow more relaxed than the previous years, in fact my first impression was that were about the same amount of people that in 2010, and in a way better mood. I also had the feeling that the costumes and the floats were less extreme this year, for instance the pirate boat last year was built fully out of wood, this year it was just a painted tarp, but maybe I’m becoming a bit jaded.

This year we had friends from Geneva who came over for the parade (among other things), it was nice to have guests, some of which were quite surprised by the amount of chaos this number of people creates, and quite amused by the idea that by Sunday morning, everything would be cleaned.

The laser show on the stage handled by Carl Cox was nice, but I’m not that much a fan of Carl Cox. I certainly miss the smaller stages, were you can actually see the screen and what the VJ is doing. This year, one of the VJs pattern involved rotating html code in stream. On one hand this shows to what extent code is now integrated in society, on the other it was html. Somehow it is strange to see that the VJ’s work is still quite low tech in regards of the what can 3D graphics can do…

The other thing that struck me was the sheer amount of smart-phones in the crowd, if you think about it, thousand people with each an iPhone 4 represent on terahertz of raw computing power. The mere fact I thought of this in the presence of seriously underclad ladies show how much of a geek I am. A huge amount of picture were taken, and, like mine, ended up being quite bad. Having a way to combine them into one high quality data stream of the event would be very nice…

François Berthoud

François Berthoud – Die Kunst der Modeillustration

Malgré le fait que je vis depuis plus de quatre ans à Zürich, je n’avais jamais été au Museum für Gestaltung Zürich, le musée de stylique de Zürich en bon français. J’avais déjà été dans le petit parc qui jouxte l’école et qui est très agréable en été, car le musée se trouve dans une école de design.

L’exposition du moment est dédiée à François Berthoud (attention, site flash), avec le titre François Berthoud. Die Kunst der Modeillustration (l’art de l’illustration de mode). Les illustrations en question sont majoritairement des linogravures faites pour les grandes marques de mode.

J’ai trouvé très intéressant de pouvoir voir la même gravure tirée avec des couleurs différentes, ainsi que de pouvoir voir certaines linogravures originales. J’ai par contre trouvé un peu dommage de ne pas avoir plus d’information sur le contexte de publication des gravures, il y avait bien un coin avec des magazines ou se trouvaient les illustrations, mais souvent les marques indiquant les pages étaient tombées. J’aurais de loin préféré avoir en exposition des maquettes de pages ou des publicités en regard de la gravure originale, mais je suppose que ça aurait posé des problèmes de propriété intellectuelle…

L’exposition n’est pas grande, mais vaut néanmoins une petite visite.

Poème de printemps

Ving Tsun Sihltal

Malgré l’indication que je ne souhaite pas de publicité, je reçois souvent dans ma boîte au lettres des pamphlets. Généralement il s’agit de publicités pour des pizzerias, des entreprises de déménagement et de nettoyage, des cartes de visite d’individus cherchant des voitures dans n’importe quel état ou alors de tracts pour des partis politiques.

Ce tract là avait au moins quelque chose pour m’intéresser vaguement: deux kanji. Devant un phénix qui a visiblement souffert de la compression JPEG, le texte 詠春 ving tsun, Siltahl. Das Handwerk des Kämpfens. Le second kanji – 春 – est très facile: il s’agit du printemps, on le retrouve dans les menus des restaurants chinois à côté des rouleaux éponymes. Le premier kanji – 詠 – veut dire récitation, poème. Techniquement il s’agit de dire 言 et long/éternel 永, donc on ne parle probablement pas de haïkus.

Un poème de printemps, voilà qui serait agréable, alors que l’été semble se prendre pour un automne, mais il n’y a pas de poème. Le terme 詠春 ving tsun désigne un style d’art-martiaux, une branche du kung-fu du sud basée sur le style serpent-grue. Ces informations n’étaient malheureusement pas présentes sur le pamphlet, et celui qui l’a créé ne les connaissait visiblement pas, ou alors il ne sait pas distinguer une grue d’un phénix.

Le pamphlet décrit l’art martial comme l’artisanat du guerrier, et explique qu’il s’agit d’auto-défense fonctionnelle. L’école se trouve dans la vallée de la Sihl, qui pour l’occasion devrait être écrite 強谷. (Sihl est d’un mot d’origine celtique qui signifie force et pourrait s’écrire 強, un kanji avec un arc et un serpent dedans, 谷 est la vallée). ⅩⅪe siècle oblige, le pamphlet contient un lien vers le site de l’association: www.vingtsunsihltal.ch. Le site contient mon éternel némésis: flash.

Le site comporte non seulement une animation d’entrée, un effet de vague sous le logo et des reflets sur le texte, mais aussi un bouton pour accéder au site à proprement parler. Le site explique que le nom complet de l’art martial est Ving Tsun Kuen, et que la signification est «die Faust des schönen Frühlings», mais je soupçonne qu’il s’agit plutôt de 詠春拳 yǒng-chūn-quán, la traduction le poing du beau printemps me laisse un peu perplexe, je vois mal comment traduire 詠 par beau… D’un autre côté je ne me demande se que penserait le maître de Bruce Lee des gens qui mettent des publicité là où c’est explicitement écrit qu’il ne faut pas en mettre…

Le Kanji d’aujourd’hui :Today’s Kanji:
Kanji Kun ON Pinyin Signification Note Henshall
よむ
yomu
エイ
EI
yǒng Poème, récitation, chant, composition 言 + 永 1016
はる
haru
シュン
SHUN
chūn Printemps 141
こぶし
kobushi
ケン
KEN
quán Poing La partie inférieure est main 手.

The Kanji of Aikidō Ⅴ:Les Kanji de l’Aikidō Ⅴ : Jō, Chū, Ge

Le Kanji d’aujourd’hui :Today’s Kanji:
Kanji Kun ON Signification Aikidō Note Henshall
うえ
ue
ジョウ
Above, up, superiorAu dessus, haut, supérieur Attacks in Aikidō fall into three height categories: Les attaques en Aikidō sont catégories en trois hauteurs : gedan 下段, chūdan 中段, and gedan 下段.
Those terms designate respectively a high, medium, and low attacks. The are for instance used with punches (tsuki), so we have jōdan-tsuki, chūdan-tsuki and gedan-tsuki.
Ces termes désignent respectivement une attaque haute, médianne et basse. Par exemple, pour un coup de point(tsuki), on parle de jōdan-tsuki, chūdan-tsuki et gedan-tsuki
Symbolized upward arrow below a line: ⤒Flêche symbolisée pointant vers le haut sous une ligne : ⤒ 37
なけ
naka
チュウ
CHŪ
Middle, center, ChinaCentre, milieu, Chine Line crossing a target: ⦶Ligne traversant une cible: ⦶ 55
した
shita

GE
Below, low, inferiorDessous, bas, inférieur Symbolized downward arrow above a line: ⤓Flêche symbolisée pointant vers le haut sur une ligne : ⤓ 7
ダン
DAN
Grade, step, stairGrade, niveau, escalier The same kanji is used for rankings (dan).Le même kanji set utilisé pour les niveaux (dan). The right part is the pike radical 殳.La partie de droite est le radical de lance 殳. 931

Monetary Unions

Ten centimes coin – Confœderatio Helvetica 1995 – © Wikipedia Commons

When the Euro currency appeared, the obvious question for Switzerland was if the country would join it. For everyday life, in particular when you live in Geneva, this would have been very convenient. Having spent my youth converting between French and Swiss francs just seemed like a tedious mathematical exercise, in my short term perspective: currencies did not fluctuate that much between each other. Of course, in those days, a Dollar was worth more than two Swiss francs, not less than one.

The thing I did not realise when the Euro was introduced was that Switzerland was already technically using a common european currency system. Switzerland has the oldest coins still in circulation, and the system is clearly modelled on the French francs, but it took a tweet by Douwe Osinga for me to realise that there was a standard behind all this: the Latin Monetary Union, yet another thing I never heard about in history classes. This union initially included France, Belgium, Italy and Switzerland, but later extended to Spain, Greece, Romania, Bulgaria, Venezuela, Serbia, and San Marino. The papal states cheated on the amount of silver in the coins, Greece did the same for gold and got kicked out. The alliance disappeared after first world war, but Switzerland used coins complying with the standard up to 1967. After dropping the gold standard, most of the currencies of the latin union lost most of their value and had to be reevaluated (French Franc, Bolívar) and most of them got subsumed into the Euro…

There would be a certain irony in having the last remanent of the old Latin Monetary Union outlive the newer Euro…

Cowboy bebopカウボーイビバップCowboy bebop

カウボーイビバップ • Cowboy Bebop

J’ai finalement fini de regarder l’intégrale de Cowboy be-bop. Durant les treize années qui nous séparent de sa sortie au Japon, j’avais vu quelques épisodes, généralement en français. Voire l’intégrale en japonais m’a permis d’apprécier l’ensemble. La série raconte les aventures d’un groupe de chasseur de primes dans un monde mélangeant les codes de la science fiction et du western – en ce sens elle est très proche de la série américaine Firefly c’est aussi une excellente inspiration pour le jeu de rôle Serenity basé sur la série. Les deux séries partagent d’ailleurs la même structure narrative, un vaisseau, un groupe d’aventuriers au bord de la banqueroute, et des aventures qui résultent de leur quêtes d’argent.

Première constatation, la série a très bien vieilli, le style graphique et musical, une particularité de la série à sa sortie, rendent encore bien l’ambiance aujourd’hui. Certaines séquences en animation de synthèse ont à présent un style désuet, mais comme elles sont totalement mineures par rapport à l’histoire, cela n’a guère d’importance. Chaque épisode a un style quelque peu différent, et la qualité des histoire varie, tout en restant tout à fait respectable.

Ce qui m’a frappé, avec le recul, c’est l’omniprésence des codes japonais – c’est peut-être dû à la comparaison avec Firefly, ou à ma lecture de Usagi Yōjimbō, mais sous le Jazz, les costumes de cowboy et les casinos se cache une histoire japonaise, c’est elle qui définit les personnages principaux et structure la série jusqu’à sa conclusion inexorable. Cette superposition fait à mon avis la force de la série, car si chaque épisode se termine invariablement avec les protagonistes dans la situation financière de départ, fauchés, l’histoire avance néanmoins et les relations évoluent.

En conclusion une très belle série, avec une très bonne colonne sonore de Yōko Kano que je recommande vivement. Le coffret avec ses DVDs au look de 45 tours en vinyle est d’ailleurs une jolie trouvaille et fait de la collection un bel objet.