Tawara Machi
L'Anniversaire de la salade

L’Anniversaire de la salade (サラダ記念日)

Tawara Machi
L'Anniversaire de la salade

俵万智の『サラダ記念日』はフランス語の翻訳を読みました。フランス語けれど奇麗な短歌の文集です日本語で読みたいです。

J’ai lu la traduction française de « L’Anniversaire de la salade » de Machi Tawara. Malgré la traduction, c’est un très beau recueil de tanka, j’aurais voulu pouvoir le lire en français. Le tanka est une forme de poésie japonaise plus ancienne que la haïku, qui suit la structure 5-7-5-7-7, c’est à dire qu’il est composé de cinq unités avec le nombre correspondant de more (l’unité phonétique en japonais).

L’Anniversaire de la salade
Tawara Machi
Traduction: Yves-Marie Aillioux
Picquier Poche
ISBN : 978-2-8097-0218-7

La poésie de Machi Tawara mélange un respect strict des règles de poésie avec un style léger et un mélange de vocabulaire formel et ancien avec des mots récents. Le titre est un exemple typique de ce mélange : サラダ(salada) est un mot d’origine occidentale écrit en katakana, 記念日(kinenbi) est un mot assez formel, généralement écrit en kanji. Le résultat est un texte léger et poétique, qui évoque avec délicatesse les sentiments d’une jeune femme et m’a fait penser aux nouvelles de Banana Yoshimoto. En conclusion, une lecture que je recommande, même si vous n’êtes pas particulièrement féru de poésie.

Flattr this!

Chargement par les voyageurs

Il fait beau et chaud sur le quai de la gare Cornavin, on se croirait en été. Le train arrive, le chargement commence. Il y a mille manières d’aller de Genève à Zürich, ma préférée est par le train, avec un vélo. Le dernier wagon de la rame n’est pas comme les autres : c’est là que son chargés enfants et vélos. Il y a de la place pour six vélos, à partir de Lausanne, il y en aura le double, et trois poussettes, et beaucoup de bagages.

Le train démarre alors que les vélos ne sont pas encore arrimés, une gamine n’a pas placé la roue avant du sien correctement dans la boucle qui devrait le maintenir, il glisse, un catadioptre se brise, elle commence à pleurer. Sa mère console, rassure « cela fait partie de l’aventure d’un tour à vélo ». Elle a raison, les gens s’entraident, placent au mieux les vélos, les bagages, selon qui sortira du train où. Le chaos est grand, mais tout le monde est aimable, sourit. Tous les sièges sont occupés et nul ne prétend qu’un sac mérite une place assise. Seul un romand à l’accent trainard n’a pas compris, refuse que l’on plie sa trottinette, pourtant, lui n’a certainement pas payé extra pour charger son deux roues. Le train grimpe vers le pays de Fribourg, en face de moi une femme allaite son nourrisson, son conjoint essaye de construire un auvent contre le soleil, cherche à boire ailleurs dans le train.

Je devrais en vouloir aux CFF, qui pourraient bien alléger ce joyeux chaos, ajouter un vieux fourgon à bagage pour qu’on puisse y charger tous ces deux roues et ces poussettes, mais peut-être est-ce mieux ainsi, une petit dose d’humanité et d’aventure dans chaque train…

Flattr this!

Une femme sur un trône avec une coiffe sur la tête Orc'Idée 2011

Orc’idée 2011

Orc'Idée 2011

Orc’idée est probablement la convention de jeu de rôles à laquelle j’ai été le plus régulièrement. La convention a pour moi de nombreuses qualités: c’est avant tout une convention de jeu de rôles, même si on y trouve des jeux de plateaux et beaucoup de stand de grandeur nature, elle est suffisamment grande pour que cela ne soit pas un problème de trouver du monde pour une partie qui n’est pas inscrite au programme, enfin les lieux me sont vaguement familiers, j’y ai fait ma thèse. Bien que sur ce point, je dois avouer que je commence à ne plus reconnaître les lieux, tant ils ont changés. J’ai ainsi pu découvrir par moi-même le fameux Learning Center, j’ai trouvé le bâtiment intéressant, mais je demande s’il est réellement pratique à l’usage, il prend certainement beaucoup de place. Mais bon, c’est de l’architecture…

La convention n’a naturellement pas eu lieu dans un bâtiment aussi prestigieux, mais dans les bâtiments les plus anciens du complexe, bâtis à une époque où le Centre Pompidou semblait être une idée géniale, avec des murs ressemblant à des décors de Star Trek vieux de 30 ans et beaucoup de poutrelles apparentes peinte avec des couleurs primaires, bref le même endroit que les deux décennies précédentes. Orc’idée est pour moi l’occasion de revoir de discuter avec les vieux amis, et de jouer avec de nouvelles personnes.

J’ai fait jouer deux parties de Rêve de Dragon, la première était une partie pirate (non inscrite au programme) avec un scénario qui est encore en cours d’élaboration: la Reine d’Obsidienne, pour la seconde partie, qui était prévue, j’ai fait jouer La Baleine des Sables un scénario que je suis en train de terminer, et pour lequel je viens de recevoir les illustrations. Dès que j’aurais fini la mise en page, je le mettrai en ligne. De fait, la première partie a été bien plus rapide (≈3 heures contre 4½ le soir) et plus dynamique. Le fait que j’étais moins fatigué, qu’il y avait moins de joueurs (3 contre 5 le soir) et j’en connaissais certains sont certainement des facteurs.

Dans tous les cas c’était une convention très sympa, et les organisateurs méritent tous les remerciements pour leur travail. Alias a aussi fait un billet sur ce sujet, et des photos.

Flattr this!