Inception App

Inception App

One of strangest app I installed on my new iPhone is the inception app. The best way to describe it would be experimental audio. The program basically remixes ambient sounds it picks up with the microphone and tries to build music out of it. The type of music is inferred from the phone’s context (movement, speed, position, but also the weather, the time of the day). The result is not always very harmonious, but I like what it does when I use it walking, I like having my own soundtrack for my life. While this kind of things has been experimented with earlier, I’m sure, but this is app is a clean package. Given its price (free), the fact it is based on a soundtrack I like (Inception) it certainly gave me a few hours worth of listening. One nice effect is when there is a sharp sound in reality, it gets repeated at lower pitches with some echo, this gives a dream-like dimension to any beeping machine.

Now that the naughties come to an end, one thing I’m happy about is the change in focus in experimentation. There has also been video experiments that tried to bring listener data into the clip: Arcade Fire – Wilderness Down­town, and Sour – Mirror, both worth trying out. I still remember the multi-media experiments of Prince and others. Video-clips where you can look around are quickly boring and except if you are a die-hard fan, their inner universes are not that interesting. Having the artist remix the sounds of my life makes way more sense that me trying to remix the artist’s sounds.

flattr this!

Halting State

Charles Stross 
 Halting State

One comment I got on my blog entry on Accelerando by Charles Stross was that Halting States was better. So when I saw its funny pixel art cover in the bookshop, I bought it. As luck would have it, I read the book during my trip to Edinburgh, where most of the action in the book takes place. I must agree with Alias, this book is better than Accele­rando: both the plot and the writing are tighter, the characters more likeable, but the book is also way less ambitious. The starting point is a funny mix up between police matters and the weird world of online gaming:

It was called in as a robbery at Hayek Associates, an online game company. So you can imagine Sergeant Sue Smith’s mood as she watches the video footage of the the heist being carried out by a band of orcs and a dragon, and realises that the robbery from an online game company is actually a robbery from an online game

Halting State
Charles Stross
Orbit Books
ISBN : 978-1-84149-694-8

This book reminded me of the Snow Crash for its rhythm and the satire of the dilbertian corporate culture that permeates everything nowadays. The book has a few quirks, the use of the second form in most of the text is somehow new, but I found this an amusing device. The narration alternating between the protagonists really feels like an old classic now.

In short a nice read and a good compromise between murder stories and science fiction. If you want to know more, the author graciously put the first three chapters for free on his blog.

flattr this!

Édimbourg

Édimbourg

Avant de voir le film L’illusioniste, je n’avais pas réellement d’image de la ville d’Édimbourg en tête. Difficile de visualiser une ville à partir de personnages en kilt. Je suppose qu’il y a un album de tintin qui a pour décor l’architecture écossaise, mais si je l’ai lu, je l’ai oublié. La chose amusante est que durant ce voyage, je lisais Halting States de Charles Stross, qui se situe dans cette ville, donc les déplacement des personnages avaient lieu dans des rues que j’avais moi même parcouru.

Je peux difficilement prétendre avoir visité la ville dans son état typique, vu que la ville était blanche de neige, les locaux nous ont assuré que c’était inhabituel. Avec l’humidité ambiante, il a certainement fait froid, et le fait que les établissements locaux n’ont souvent qu’une idée vague d’isolation n’a pas aidé. Il y a certainement quelque chose d’amusant à voir les locaux en costume impeccable avec des grosses bottes en caoutchouc vertes. Nous avons naturellement visité le château, parcouru la « Royal Mile » et visité les « Closes », ces ruelles souvent couvertes, parfois même enterrées et condamnées.

Si les guides insistaient naturellement sur les anecdotes, le pittoresque et l’impact de la peste, ce qui m’a frappé, c’est la taille des bâtiments de la ville au ⅩⅥe siècle dans une ville qui n’existait pas réellement avant l’an mil. La dualité entre l’ancienne ville, et la nouvelle, dans le style classique, m’a fait pensé à la bande dessinée La fièvre d’Urbicande, il est fort heureux que les architectes classiques n’aient pas obtenu la destruction de la vieille ville. Le centre ville semble avoir été épargnée par le brutalisme et les nouveaux bâtiments imitent plutôt bien le style local. La gare, située dans la vallée entre les deux villes n’est malheureusement pas aussi bien intégrée.

En général, j’ai trouvé que c’est une fort belle ville, la temps peu clément et la période de l’année ont probablement fait que nous avons évité les foules de visiteurs, il semblerait qu’Édimbourg soit la deuxième ville touristique du Royaume Uni, après Londres. Cela m’a certainement donné envie d’aller voir le reste du pays, en été…

flattr this!

iPhone 4

Screen Capture of the Kotoba Application

The two year lock cycle of phone operators is as good as any other measure for the passing of time, as I have come back to Switzerland since four years, I now have my third phone. I have been using an iPhone 4 for a few weeks, replacing the venerable iPhone 3G. I had to annoy the Swisscom people to get the previous one SIM-unlocked (they should really do this without you needing to ask for it), and had to transition to a new, micro-SIM card, but the transition was quite smooth. The only thing that got lost in the transition is the layout of my apps on the screens, but everything else went fine.

Physically, the new phone is only steel and glass, the ab­sence of plastic make it feel like a luxury object, it is really a nice piece of hardware. After some use, I see tree big im­prove­ments over the 3G:

  • The screen. I can’t see the pixels. There is something sad in having a phone break a limit that I always hated in desktops and laptops: resolution. At 360 DPI, the screen has the resolution of an early laser prin­ter. This makes reading a delight. I’m not sure I would read a full book on the device, but for notes, references, or mails, this is a very good improvement. I very often use the excellent kotoba application to study kanji (now called imiwa), the quality is really good, click on the screen capture on the right to see how large the actual screen is.
  • Speed. There were many justified complaints that iOS 4 was slow on the 3G, and while performance improved somehow with the subsequent releases, it still felt sluggish. On the iPhone 4, the system feels much more responsive.
  • Camera. During my Kraków trip, I did not take along my Sony camera, and took all pictures using the phone. Picture quality has been generally comparable, the phone can’t match the camera’s speed, nor its optical zoom, but I really like the HDR mode, and having the pictures geo-tagged immediately is nice.

It took me some time to get used to the new tasking UI, while it is nice to be able to switch between applications faster, I can’t say that it impressed me that much, but then I was never really convinced by the need for multi-tasking on a phone. As for printing, I’m waiting to see what will come out, will Apple finally add support for Airprint to OS X? Will brother roll out a firmware upgrade for my printer? The hardware is capable of handling PDF files, so this should be OK. If not I suppose that eventually support will come into my Synology NAS.

I must say I’m impressed with the speed with which the smartphone is converging to a single, clean, design. All newer smartphone seem to have a form factor like the iPhone.

flattr this!

L’Extravagant Voyage du Jeune & Prodigieux T.S. Spivet

Un des cadeaux que j’ai reçu pour anniversaire était une copie de L’Extravagant Voyage du Jeune & Prodigieux T.S. Spivet, écrit par Reif Larsen et traduit par Hannah Pascal. Ma première réaction a été: « chouette, un livre avec plein de schémas dedans », car si c’est avant tout un roman, ce n’est pas seulement un texte linéaire, schémas, notes et croquis ajoutent une nouvelle dimension à l’histoire. Le fait même qu’il ait été possible de faire une bande annonce avec le matériel graphique du livre donne une idée de sa richesse.

L’Extravagant Voyage du Jeune & Prodigieux T.S. Spivet

Traduction Hannah Pascal
Éditions Nil
ISBN : 978-2841114092

Les citations en début de livre parle d’un mélange d’auteurs classiques, incluant Mark Twain. Je pense que la comparaison est valide. S’il s’agit en surface des aventures d’un enfant parti pour traverser les États-Unis, c’est aussi un roman sur la mort, les relations familiales, les questions éducatives et le rôle de la science et du progrès dans la société. Le livre est émaillé de schémas, croquis, notes, et théorie scientifiques qui reflètent la vision du monde du protagoniste. L’écriture est aussi riche que les illustrations : les notes du jeune Spivet contiennent des extraits d’autres textes, ainsi que ses réactions. L’histoire est assez originale pour n’être pas prévisible pour un adulte, tout en suivant certaines règles des récits pour enfants.

Bref, un livre que je recommande chaudement à tout ceux qui sont passionné par la science et ont gardé une âme d’enfant…

flattr this!

Tron Legacy Soundtrack

Original Motion Picture Soundtrack
Tron Legacy
Music by Daft Punk

I remember when the original Tron movie came out. It was a Disney movie that came out that was not simply animation, that talked about new stuff: computers, it was also a movie whose age limit was above mine, so I did not see it in the cinema. In fact it took years until I saw it on TV. Still it was the first mainstream movie about cyberspace, this was twenty eight years ago. It seems the movie became a classic, and as such, like Robin Wood or Titanic, a new version will be produ­ced every generation.

The new movie has not premiered yet, but the soundtrack, crafted by Daft Punk can already be bought. Some say that the hype for the soundtrack is such that it will eclipse the actual movie. This might well be. Daft Punk did some really amazing music, and after a long absence, they came back with a major soundtrack. Comparing this album with previous music by Daft Punk is like comparing the space ship from Interstella 5555 to the Yamamoto, they were designed by the same person, but we are not talking about the same scale. This time, they have a philharmonic orchestra and a quarter of a century of electronic music with them. This must be the first album I own where there are both 8-bit samples and classical instruments, and it feels natural: this is a soundtrack, but it also feels like a overview of the history of electronic music. The quality of the recording is also very good, and I really felt the difference between small speakers and my hifi system.

In short, a soundtrack I recommend. Now I wonder how the movie will be…

flattr this!

Kraków Cracovie クラクフ

Kraków

悪い天気から飛行機が遅くてと飛行取り消した、クラクフに行くは難しかったです。一日遅く到着しました。都市は歴史酷いのに本当奇麗です。画廊しました。

Because of the bad weather, the trip to Kraków was tiring, planes were late and flights delayed, I arrived one day late. Despite a cruel history, Kraków is really a beautiful city. I created a gallery

À cause du mauvais temps, le voyage à Cracovie a été fatiguant, les avions étaient en retard, les vols annulés, je suis arrivé avec une journée de retard. Malgré une histoire cruelle, Cracovie est réellement une belle ville. J’ai créé une gallerie.

flattr this!

1895 Viennese Archetype – Switzerland – Creative Commons

Zürich à l’usage des français

1895 Viennese Archetype – Switzerland – Creative Commons

Cela fait à présent quatre ans que je vis à Zürich, et je me suis retrouvé plusieurs fois à essayer d’expliquer la ville a des nouveaux venus Français. Si on peut trouver beaucoup d’informations sur la wikipédia, celle-ci ne met pas en avant ce qui est différent.

Commençons par ce que Zürich n’est pas. Zürich n’est pas la capitale de la Suisse, c’est le centre économique, mais si la ville a une certaine influence culturelle, ce n’est pas elle qui dicte la culture dans le reste du pays. Zürich n’est pas non plus une grande ville, l’agglomération complète atteint péniblement un million d’habitants, ce qui correspond à peu près à la ville de Toulouse. Cela ne veut pas dire que la ville soit provinciale : il y a une importante vie culturelle, un aéroport avec des vols inter-continentaux, et une visibilité internationale.

Enfin, Zürich n’est pas une ville allemande : si la langue dominante s’apparente à l’allemand, le visiteur teuton est généralement surpris par l’importante influence francophone. Enseignes de boutiques et publicités utilisent sans vergogne des vocables anglais et français, les empires francophones et anglophones ayant eu, à leur tour, une importante influence culturelle.

Le plus simple pour expliquer la ville à un rôliste, est de lui faire considérer une uchronie, une cité où aucun évènement politique depuis l’arrivée au pouvoir de Louis XIV ne s’est produit. L’édit de Nantes n’a pas été révoqué, les guildes n’ont pas été abolies:  leurs armoiries ornent les restaurants qui leur servent de base, et elles défilent une fois l’an dans la ville. Il n’y a pas eu de centralisation de l’état, les gens parlent le dialecte de la cité.

La révolution n’a eu que des effets limités, même si les armées révolutionnaires y ont combattu les forces autrichiennes par deux fois. On utilise encore aujourd’hui une unité monétaire calquée sur le franc germinal, même après qu’il ait été renommé, dévaluée, et aboli. La ville n’a été touchée par les deux guerres mondiales que par erreur, et le modernisme urbain de l’après-guerre n’a fait que peu de dégâts : il y a peu d’immeubles élevés et dans les rues circulent encore aujourd’hui tramways électriques et trolleybus.

flattr this!

Jeu de rôle – open-source

Alias a sur son blog un billet concernant une proposition par BBS de faire un système de jeu générique avec un licence open source Creative Commons.

Je ne pense pas qu’un tel projet ait beaucoup d’intérêt. D’abord ce n’est pas une idée nouvelle, l’entrée de la wikipedia sur Open Gaming re­cense une bonne douzaine de systèmes sous une forme ou une autre de licence ouverte. Certains, comme Fudge, on connu un succès d’es­time, d’autres, comme Runequest, semblent être de grand anciens déci­dés à se faire une nouvelle jeunesse, aucun n’a eu de réel impact à mon sens et je doute qu’un nouveau venu puisse faire avancer le schmilblick sérieusement.

Pour moi le problème fondamental, c’est qu’un système de jeu générique n’a pratiquement aucune valeur : d’un côté n’importe qui peut en écrire un, de l’autre, pour les utilisateurs (joueurs et MJs), un système générique n’a d’intérêt que si tout le monde utilise le même et comme d’autres l’ont fait remarquer, il y a déjà beaucoup de systèmes génériques. Ajouter une nouvelle licence au problème ne changera rien. Ce qui a de la valeur dans le monde du JdR, ce sont les univers, les scénarios, et un système n’a réellement d’intérêt que s’il s’intègre bien à un univers, dans le contraire, tous les génériques ont tendance à se valoir.

À noter enfin que le modèle des licences libres fonctionnent bien dans la mesure ou le but est de garder toutes les additions, toutes les améliorations dans le pool commun. Le problème c’est qu’en jeu de rôle, plus ne veut généralement pas dire mieux, on a tôt fait de se retrouver avec un clone de Rolemaster, avec non seulement beaucoup de matériel très spécialisé, mais un système rempli de déséquilibres – ce qui va directement à l’encontre d’un des objectifs d’un système générique, permettre à un joueur de changer facilement de partie, de jeu. C’était déjà le problème de GURPS, le système était générique, mais personne ne jouait avec le système générique complet, mais un panachage particuliers d’extensions et d’options.

flattr this!