Choses aléatoires à mon propos…

Le propriétaire du Blog éclectique m’a invité dans une de ces chaînes où l’on est supposé raconter certains choses à son propre propos. Je ne suis pas exactement un fan de ces chaînes, et j’ai l’impression d’avoir déjà été taggé par celle-ci auparavant, peut-être par le biais de Ptinutz. Ne pouvant réellement prétendre avoir des choses plus intelligentes à faire ce dimanche matin, allons-y : dans la liste ci-dessous, une des affirmations est erronée, laquelle ? Je n’inviterai personne à faire pareil, cela me donnerai trop l’impression d’imposer et les personnes que j’ai en tête passeraient le clair du printemps à se plaindre si je leur demandais.

  1. Je possède plus de théières en fonte que d’ordinateurs.
  2. J’ai suivi des cours de ballet.
  3. J’ai gagné une compétition de karaoké.
  4. J’ai été prof de voile.
  5. Mes yeux ont deux couleurs.
  6. J’ai cité H.P. Lovecraft dans ma thèse.
  7. La seule foi ou j’ai possédé ma propre voiture était au Japon.
  8. Dans mon passeport précédent, mis à part la Suède, il n’y avait que des tampons de pays qui n’existent pas.

La réponse est à présent disponible dans le prochain billet.

Flattr this!

Google Zürich Library

Jeu de rôle en Anglais

Google Zürich Library

Le jeu de rôle est une activité que j’ai toujours associé à l’anglais. Les premier livres de règles étaient en anglais, les traductions arrivant avec beaucoup de retard, en admettant qu’elles soient faites. Malgré cela, j’ai toujours joué en français, avec un gros jargon anglais de prononciations approximatives, ainsi DM est devenu déhemme.

Travaillant dans une compagnie de geeks, j’ai beaucoup de collègues qui sont intéressés par les jeux. Le vendredi, après TGIF, les gens jouent dans la bibliothèque. Comme mon groupe régulier n’est pas disponible, j’ai profité de l’opportunité pour faire un one-shot, une partie unique de Serenity, avec quelques collègues. La partie s’est plutôt bien passé, mais ça a été très fatiguant. Maîtriser un jeu avec de nouveaux joueurs requiert une certaine énergie, et le faire dans une autre langue en demande encore plus. À posteriori, faire une partie de Serenity était peut-être une mauvaise idée : je m’attendais à ce que les joueurs connaissent la série télévisée, que cela minimiserait les explications sur l’univers. Un seul d’entre eux la connaissait. Gérer une partie de science fiction avec des geeks est toujours quelque chose de délicat : la suspension consentie de l’incrédulité est plus importante ce qui demande encore plus d’énergie. Malgré tout cela, ça été très sympa.

Flattr this!