Transports publics 2020…

Transports publics Genevois à l'Horizon 2020Alors que Lausanne inaugure son nouveau métro, j’ai trouvé sur le web des cartes décrivant l’infrastructure de transport de Genève et Zürich en 2025. Ce qui est intéressant, c’est que les deux villes ont en un sens des projets similaires: une traversée ferroviaire de la ville et une extension du réseau de tramway.

En ce qui concerne les lignes de chemin de fer, la différence est que dans le cas de Zürich, il s’agit d’un renforcement de connections existant déjà (Zürich HB – Oerlikon), alors que dans le cas de Genève, il s’agit de construire une ligne manquante (Genève Cornavin – Annemasse). L’autre différence, est la distance du centre: à Zürich, les nouvelles lignes de tram se situent toutes dans la zone urbaine, alors qu’à Genève, elle vont bien plus loin, jusqu’aux limites du canton, remplaçant de fait le réseau de train régionaux absents.

De manière générale, les deux villes se développent différemment: Zürich se développe au centre alors que Genève se développe sur sa couronne. Alors qu’à Zürich un grand centre commercial a été construit proche du centre (Sihlcity), à Genève, ils se construisent surtout sur en périphérie (Vésenaz, Thônex-Vallard, etc.). Peut-être que Genève est en train de devenir une ville en forme de doughnut, avec les activités situées dans l’anneau entre la commune de Genève et la frontière.

Flattr this!

Génographie

Extract from Population structure within Europe - Genes mirror geography within Europe - Nature advance online publication 31 August 2008 – doi:10.1038/nature07331

Le blog bio-tremplin a une synthèse intéressante de l’article « Genes mirror geography within Europe ». Cet article introduit la notion de génographie, c’est à dire l’analyse des différentes génétiques entres personnes d’origines géographiques différentes. En analysant la position de certains marqueur dans le code génétique de personnes vivant dans la même région que leur grand parents, l’équipe de Novembre et al. sont parvenus à reconstruire une carte de l’Europe. On parvient même à distinguer les trois groupes linguistiques de Suisse. Ce serait intéressant de projeter ces données non pas sur une carte géographique standard, mais une projection basée sur les temps de trajets – il y a une grosse chaîne de montagne qui sépare le Tessin du reste de la Suisse.

Flattr this!

Ryōkan & Minshuku

Vue intérireure du Chuōkan Shimizuya Ryōkan, à Nagano

Ce voyage au Japon aura pour moi été l’occasion de profiter pleine­ment des hôtels tradi­tionnels japonais. Si on peut trouver des hôtels à l’occidentale, ou même des auberges de jeunesse, je préfère largement les ryōkan (旅館), et leur alternative bon marché, les min­shuku (民宿). Ce sont souvent des établissement familiaux, dans des bâtiments traditionnels avec un prix raisonnable par nuit (≈ 5000 ¥ par personne par nuit) et le service est en général très bon. Au Shimaya Ryōkan à Yudanaka, le propriétaire nous a amené au bain de singes en voiture, et ensuite à la gare pour prendre le train du départ. À Tsuwano, nous sommes descendus dans un minshuku, le Wakasagi no yado, pour 7000 ¥ nous avions deux repas: un souper qui était un vrai festin, et un petit déjeuner copieux. Là encore, le propriétaire nous a amené à la gare en voiture. La chambre est une pièce avec un sol en tatami. Parfois, la chambre a une petite véranda sur le balcon. Traditionnellement, à l’arrivée, on reçoit une tasse thé et une petite confiserie. À chaque fois, on nous fournissait lingues, yukata (robe de chambre), brosse à dent. Bref tout ce qu’il faut pour voyager léger. Dans les grandes villes, on peut trouver des minshuku très bon marché, j’en ai trouvé à 2000 ¥ à Ōsaka, dans ces cas, le service est minimal. À chaque fois l’étblissement disposait d’une connection internet gratuite, soit une prise dans la chambre, soit un point Wifi à la réception. On peut être traditionnel et néanmoins réaliser qu’on vit au XXIe siècle. Si seulement les établis­sement européens pouvaient offrir ce genre de service…

Flattr this!