Byōdō-in

10 ¥ coin ⓒ Creative Commons

旅行は今大阪で泊まります。10円貨幣で見られる昨日は平等院を見に行きました。

In our trip in Japan, we are now in Ōsaka. We went to see the Byōdō-in temple that is visible on the 10¥ coin.

Dans notre voyage au Japon, nous sommes à présent à Ōsaka. Hier, nous sommes allés voir le temple Byōdō-in qu’on peut voir sur les pièces de 10¥.

In unsere Reise, sind wir jetzt in Ōsaka. Gestern sind wir den Byōdō-in Tempel den auf den 10¥ Münze ist, sehen gegangen.

flattr this!

辰口祭りTatsunokuchi Festival Festival de Tatsunokuchi

Tatsunokuchi matsuri

今年まだ三回で辰口祭りで踊りました。雨がちょっと降ってが楽しかったです。

This year again, I have danced for the third time at the Matsuri in Tatsunokuchi. The rain fell a little, but it was fun.

Cette année, j’ai dansé pour la troisième fois au Matsuri de Tatsunokuchi. Malgré une légère pluie, c’était très sympatique.

Dieses Jahr hab ich für das dritte Mal im Tatsunokuchi Matsuri getanzt, obwohl es ein bisschen geregnet hatt, war es toll.

Facebook photos

flattr this!

Zenkōji -  ⓒ  Fg2 - public domain

長野 / Nagano

Zenkōji -  ⓒ  Fg2 - public domain

日本に着けって長野で善光寺見て旅館で泊まります。雨が降ってます。

We arrived in Japan, visited the Zenkō-ji temple in Nagano and are staying in a traditional inn. It rains.

Nous sommes arrivés au Japon, avons visité le temple Zenkō-ji à Nagano et descendu dans un hôtel traditionnel. Il pleut.

Wir sind in Japan angekommen, haben das Zenkō-ji Tempel angeschaut und übernachten in einem traditionellem Hotel. Es regnet.

flattr this!

Metallica

Metallica – Degenaupark 2008

Who are those people? asked the two old ladies we sat with in the train. There are usually half a dozen people getting of the train in Wil. The train was packed with people, mostly wearing black T-shirts. The reason for this concentration of people was the concert at the Degenaupark, close to Wil. While I am no fan of Metallica, I was quite curious to see a real concert of the legendary band. The concert was outdoors, which changes the general setting, I think I prefer indoors concerts, at least for this kind of music, still the mood was nice and so was the weather, not a given in Switzerland. While many people knew all the songs by heart, I just recognized a few classics, and in some ways, was more used to covers (typically ), or friends singing “master of puppets” in Karaoke. A really nice surprise was the first part by , which I really loved. All in all, a nice way of spending the night before leaving for Japan.

flattr this!

Buͤnzli 2008

Bunzli 2008 - Drifters

Yesterday I went to this year’s edition of Bünzli. I arrived just in time for the OHP (Overhead Projector) competition, which is the speciality of this party. While less impressive than last year’s crazy machine, the Drifters still had an interesting production. I was also a good occasion to relax and meet the good people from Calodox. I have put a few photos on Facebook.

Besides OHP, there were also quite good composition in the 4K/64K category. The most interesting thing I learned was that the group Titan released a 4K demo for Mac OS X intel at the Evoke party. They managed to pack a nice production in a 4K mach executable, way more than a simple Hello World. You can download KX from pouet.org.

Angel has en entry about this year’s Bünzli.

flattr this!

Kino RadiumCinéma Radium

Kino Radium

先は鐳がクールでした。キノ ラジウムはスイスの一番古い映画館でした。1994でニーダドールフ近いからポルノ映画館に成って今年閉めました。

There was a time when Radium was cool. The Kino Radium (Cinema Radium) was the oldest cinema in Switzerland. Since 1994 it became a porno cinema, being close to the Niederdorf. It closed in June this year.

Il fut un temps ou le radium était cool. Le Kino Radium (cinéma radium) fut le plus ancien cinéma de Suisse. En 1994 il devint un cinéma pornographique, étant près du Niederdorf. Il a fermé en juin de cette année.

Le Kanji d’aujourd’hui:
Kanji Kun ON Signification Note
らじゅうむ
rajūmu
ライ
RAI
Radium C’est un kanji qui a l’air fort rare, mais qui me semble en même temps très logique: métal 金 + tonnerre 雷

flattr this!

Ouèbe BDs francophones…


Outre les web-comics en anglais comme ou ou Girl Genius, je lis aussi quelques bande dessinées franco­phones sur internet. Mes préférés sont le et le web-comic de Maliki, bien que je dois avouer bien aimer aussi la hargne du .

Récemment j’ai voulu retrouver un ancien épi­sode du blog du boulet, ce qui s’est révélé moins facile que je l’anti­cipait, car tout le con­tenu est au format , qui n’est pas indexé par les moteurs de recherche (cela devrait changer dans le futur). J’ai réalisé que les web-comics franco­phones que je lis ne sont pas seulement différents de ceux en anglais au niveau de la langue ou du graphisme, mais aussi de la manière dont l’aspect internet est géré. Naturel­lement mes obser­vations sont limités à mes lectures régulières, ce qui repré­sente un échantillon très limité et il se peut très bien que les différences que j’observe sont dues au fait que certains web-comics sont fait par des gens ayant plus d’affinités techniques, ou simplement le hasard.

Ce qui est frappant, c’est que là où les web-comics anglophones sont généralement adaptés au web, ceux en français le sont beaucoup moins. Les sites de Maliki et du Boulet sont entièrement en Flash, ce qui fait que j’évite d’y aller, le chargement est lent, la navigation exaspérante, sans parler des effets sonores qui sont marrant la première fois et pénible après. Je me contente donc de lire les épisodes à travers le flux RSS qui inclut l’image. Le site du Chien est plus simple ; chaque épisode est une immense image, y compris la partie écrite à la machine à taper ; pas de texte, pas d’annotation, pas de tag alt pour les images. Aucun des trois site n’a de système de recherche (présent dans Megatōkyō et XKCD).

Est-ce que c’est réellement un problème pour moi ? pas réellement. Objectivement, je peux difficilement me plaindre, vu que dans les tous cas, j’ai accès à une bande dessinée que j’apprécie gratuitement. Par contre, je pense que ces faiblesses, font que ces bande dessinées ne connaissent peut-être pas le succès qu’elles méritent.

flattr this!

Street Parade 2008

Street Parade 2008

Hors donc, j’ai été hier soir pour la seconde fois à la Street Parade de Zürich. Malgré un temps plus clément que l’année passée, j’ai eu l’impression qu’il y avait moins de monde, ou plutôt que le public était différent et restait moins longtemps. Il y a quand même eu 800’000 per­sonnes d’après les journaux. Une des raisons de ce changement, à mon avis est la fermeture des scènes dans le Niederdorf. Cela a fait que les gens se sont dispersés après la parade, ce qui a fait que c’était moins la fête et plus la beuverie. Comme l’année passée, la question est de savoir s’il y aura une parade l’année prochaine. Une des conditions à cela, en dehors des considérations financières, était qu’il y n’y ait pas trop de violence. L’année passée une personne était morte suite à une rixe au couteau. Cette année, il semblerait que ça n’ait pas été le cas, et il n’y a eu que 640 blessés. J’espère que l’année prochaine il ouvriront à nouveau les scènes dans le Niederdorf.

flattr this!

Rénovations avancées

Une autre maison du musée en plein Air de Ballenberg

Même si cela fait des années que je n’y ſuis plus allé, le est un endroit que j’aime bien. Il évoque pour moi surtout des souvenirs de pain fait au feu de bois. C’est un musée qui con­tient, en plein air, des anciennes fermes des diverses régions de la Suisse ainsi que des expo­sitions sur l’artisanat tradi­tionnel. Le journal « Le Temps » a un article très intéressant ſur une des maisons dont l’intérieur a été refait – de manière moderne . Le but de l’exercice était de montrer qu’une maison ancienne peut être rénovée pour avoir tout le confort moderne. La maison d’habitation de Matten (Berne), construite aux alentours de 1570, dispose à présent du chauffage central et d’une cuisine en vitro-ceramique. La chauffage provient d’un poêle en grès qui a été rénové et amélioré, grâce à une isolation ſensiblement améliorée, la maison n’est chauffée avec qu’avec trois stères de bois par année, ce qui la place dans la catégorie des maison très économes en énergie.

flattr this!

Trois mois avec Python

#!/usr/bin/python
# -*- coding: utf-8 -*-

import sys

def main(argv):
  try:
    print 'Hello World'
  except Exception, e:
    print e
  finally:
    print'Goodbye'

if __name__ == "__main__":
  main(sys.argv[1:])

Hors donc, cela fait à présent à peu près trois mois que j’utilise Python langage de programmation principal au travail, et c’est donc pour moi l’occasion de revenir sur ce langage. J’aimerais pouvoir dire que j’aime Python, mais ce n’est pas le cas. Mon problème avec Python c’est que c’est un langage arrogant.
Naturellement, ce n’est pas le langage qui est arro­gant, mais ce qui va autours. Le langage en soit, est, à mon avis, un langage de script dyna­mique honnête qui a repris les bonnes idées de Smalltalk. Python est plus propre et plus lisible que Perl, mais honnêtement, les seuls langages moins lisibles que Perl ont été conçus comme des exercices de style.
Un symbole du problème c’est la notion de pythonique (pythonic), sous ce vocable se cachent des notions de style raisonnables (utiliser des itérateurs et des générateurs), mais aussi des horreurs comme la conversion en boléen implicite. Autant je suis pour l’utilisation de formes compactes, autant j’aime pouvoir exprimer dans le code toutes les informations et les contraintes que je connais sur mon code (invariants, types etc.)
Je suppose que c’est une question d’attentes, mais j’ai de la peine à mettre en accord la notion de «  langage qui encourage à écrire du code de haut qualité » et un interpréteur qui ne se borne à me dire «  Syntax Error: Invalid Syntax  » pour le morceau de code  ci-contre (avec la version 2.4.3, avec 2.5 le code fonctionne). Même gcc est capable (les bon jours) de messages d’erreur plus clairs. En un sens, j’ai l’impression que le langage est plus dirigé par des considérations esthétiques que par une réelle volonté d’avoir un outil de programmation sérieux.

flattr this!