A new face…

cuil search results – Matthias Wiesmann

There has been quite some buzz about the new search engine, cuil. While the name was supposed to sound like cool, I could not help but remember one of the early search engines built by the Uni­versity of Geneva: the CUI World Wide Web Cata­log. The presen­tation of the new search engine’s search results looks sleek and the way pictures are added to the results is cool. The only pro­blem I could see is that the photo­graphs are not exactly about me…

Manuale Typographicum

Manuale Typographicum – Hermann Zapf

Trouvé par le biais du blog Anarchia, une version online du Manuale Typographicum de Hermann Zapf. Superbe !

Found by the way of the anarchia blog: an online version of Herman’s Zapf’s Manuale Typographicum. Superb!

Desktopdämmerung

Blue iMac

This week-end, I set up a new machine for my mother. I had bought her a new 20 inch iMac which repla­ced a 1999 blue iMac. I felt a little bit sad replacing a perfectly func­tional machine, but the proc­essing of complicated web pages and PDF files was really getting slow, not to mention the fact that I was getting nervous about the data in a nearly ten year old hard-drive. I also wanted a no hassle backup solution, which Mac OS 10.5 offers.

There is no way my mother’s computing activities are going to exploit the power of two 2Ghz cores, but there have been many improvements on machines within a decade which become obvious when you run the two machines side by side:

Screen quality
Compared to the old CRT, the quality of the glossy LCD screen is really striking. Colors are more intense and the text way more contrasted. I saw none of the picture quality problem which seem to have plague early 20 inch models.
Silence
The old iMac was producing a humming sound, the new machine is basically silent.
Boot time
While the old machine’s booted, you could go to the kitchen en prepare yourself some tea, the new machine is ready in a few seconds.
Space
The new machine is way more compact, despite having a much larger screen. The stand design and the new keyboard mean the machine does not use much space on the table.

One amusing side effect of me setting up this machine, is that my mother now has a more powerful machine than her two sons who both work in IT. In a sense I’m not sure this is really a desktop computer, it looks way more like an appliance from the outside and a laptop from the inside.

Gaston Lagaffe – Jurons de Fantasio © André Franquin

Lagaffe & Calligraphie

Gaston Lagaffe – Jurons de Fantasio © André Franquin

Un des plaisirs à être enfin de retour chez moi, c’est que je peux paisiblement relire mes vieilles bandes-dessinées. Comme de nombreuses personnes de ma génération, je pense avoir été plus influencé par Franquin que Hergé, qui restait pour moi l’auteur des bande dessinées chez les médecins. En relisant un Gaston Lagaffe, j’ai réalisé que là où Hergé utilisait des mots obscurs pour exprimer des jurons, Franquin avait une approche plus graphique, proche de ce qu’on appelle en anglais des grawlix. Il utilisait, entre autres, des caractères chinois. Si le cas n’est pas isolé – j’ai vu des symboles ressemblant à des hànzì pour représenter des formules magiques dans – ce que j’ai trouvé intéressant, c’est le fait que les caractères sont reconnais­sables avec des formes de traits raisonnables. Ce n’est pas suprenant : Franquin travaillait à l’origine à la plume.

Les kanjis d’aujourd’hui:
Kanji Kun ON Signification Note
もと.る
moto.ru
コン
KON
Désobéir, dispute, très, contraire. Marche 彳 et arrêter 艮
しずく
shizuku
テキ
TEKI
Couler, tomber

Balade en bateau

View of Zürich from the Limmat – © wikicommon

Zürich est une ville réputée pour son système de transport publics, celui-ci com­porte non seule­ment une variété de trans­ports ter­restres, mais aussi des lignes de bateau. Une petit perle est la ligne qui part de l’arrêt au niveau du musée national (Landesmuseum) pour rejoindre le Zürichhorn, un cap situé sur la rive nord du lac et qui délimite la rade de la ville. On y trouve le casino, mais aussi le jardin chinois. C’était, en 1984, l’emplace­ment de l’exposition Phäno­mena, mais il n’en reste qu’une fontaine, un boule de pierre pesant une tonne qui reste mobile à cause de la pression de l’eau en dessous. Le trajet, qui dure vingt-cinq minutes, remote le cours de la Limmat à travers la vieille ville pour aboutir sur le lac et une très belle vue de la baie. Enfin, comme le trajet est à l’intérieur de la zone centrale de la ville, le transport est couvert par un billet de la zone 10. Il y a deux départs par heure (à 05 et 35) les jours de semaine et le samedi. Les samedi de beau temps, il convient d’arriver un peu à l’avance, car le nombre de places est limité à une cinquantaine de personnes, et la ligne est populaire.

Dans la série, « le saviez vous », j’ai appris par le biais de la Wikipedia que le nom de la Limmat est la contraction du nom de deux rivières : la Linth et la Maag.

Dr. Horrible’s Sing-Along Blog

Dr Evil, captain Hammer, and what's here name again…

Joss Whedon, of Buffy and Serenity fame, had made an funny three epi­sode show that can be viewed on the internet: Dr. Hor­rible’s Sing-Along Blog. Of course any sto­ry in­volving a evil genius with dating troubles is going to get my vote.

Shamus, of the twenty sided has some inter­esting com­ments about the distri­bution model. If I could, I would certainly buy the thing by the way of the iTunes store, but alas, the show is not available in the Swiss store.

Land of traditions…

Fortune Cookie

While in many respects, europeans tend to be more formal that their counterpart in the USA, people in the USA seem to have a love of rituals that is fascinating. One example is the prom. Formal dress balls are quite rare in continental Europe, in particular for late teen­agers. In the USA, this seems to be a country-wide tradition. A similar ex­ample would be gradu­ation uni­forms in Universities. I would hardly claim that there are no such rituals in Europe, but they tend to be limited to one region, one country, or one type of school.

A less serious tradition in the USA is the chinese restaurant. You’ll find chinese restaurants in most towns, in Silicon Valley they are often strongly related to China. The food becomes more american as you move inland and you cross the chop­stick line (the point where by default in a chinese restaurant, you are given a fork by default instead of chop­sticks). There is a tradition that persist in any case: the fortune cookie. At the end of the lunch, typically with the bill, each diner receives a cookie that contains some vague prediction. The interesting thing with this tradition is that it is not chinese, you won’t get such cookies in restaurant in China – you won’t even get such a cookie in most chinese restaurant in continental Europe or in Japan. In fact, the New-York times has an interesting article explaining that fortune cookies are originally from Japan.

Given the cultural influence of the USA in Europe, there is now a funny phenomenon: restaurants slowly start serving fortune cookies at the end of the meal…

Two finger scrolling

While I have been using laptops for some time now, I used to shy away from fancy trackpad features, like tapping and holding, these things never worked out for me. After two months in the USA, I tried using my old Power­book, and I noticed that its trackpad does not support two finger scrolling. I had not real­ized how much I got used to this feature, until I missed it (which is the sign of a good feature for me).

When asked by a colleague how to rotate a picture, my friend Péter said that you just needed to twirl the fingers. Of course he has one of the newer MacBook pro, one with a multi-touch trackpad. It is good to see the user-interface of computers going forward beyond the debate on the number of buttons (or nipple vs. trackpad) and interesting to note that the inovation was not driven by laptop computers, but hand­held devices.

De l’informatique et de la typographie du français…

Œ

Si l’époque où je faisais de la mise en page est bien lointaine, j’ai gardé une certaine affection pour le graphisme, que ce soit la mise en page ou la typographie. De ce fait, j’essaye d’écrire en utilisant une typographie vaguement correcte. Cela veut dire accentuer les majuscules, utiliser les guillemets français («») et la ligature oe (œ).
Dans ce blog, j’ai commencé à insérer une espace non-sécable (Unicode x202F) devant les signes de ponctuation. Malheureusement ce caractère n’est pas supporté par les browsers. Vu que le comportement par défaut est d’ignorer les entités html non reconnues, son utilisation reste appropriée, l’apparence deviendra plus correcte une fois que le caractère sera supporté.

L’idée qu’il ne faut pas accentuer les majuscules est une idée très répandue parmi les francophones. L’utilisation de majuscules non accentuées est techniquement tolérée lorsque les limitations techniques rendent l’accentuation impossible. Cette justification n’a plus lieu d’être au XXIe siècle, mais la limitation d’une génération est devenue la règle de la suivante.

Même si la domination anglo-saxonne en informatique explique partiellement les lacunes techniques pour la gestion du français, cette langue n’est malheureusement pas toujours défendue au mieux par ses représentants. Ainsi l’article « ISO Latin-1, norme de codage des caractères européens ? trois caractères français en sont absents ! » explique pourquoi certains caractères en usage en français ne sont pas présent dans le bloc de caractère ouest-européens:

C’est D. de Bull, qui représentait l’AFNOR au sein du GT3 en 1987… c’est au sein du GT que le travail se fait réellement. Si on attend les votes au niveau du SC, il est trop tard. Au sein du GT3, H. un francophone polyglotte a déclaré que l’œ n’était qu’une vulgaire convention typographique… Je n’étais pas là à l’époque, je suis arrivé peu de temps après l’adoption mais tous m’ont confirmé cela.
D., sans consulter aucun Français autre que les gens de sa boîte (dont j’ai su qu’ils avaient pris une décision d’équipe uniquement parce que les imprimantes de Bull ne produisaient ni œ ni Œ), ont appuyé H. …
Le Canada – alors représenté par Y. un anglophone qui n’avait pas d’autre argument à présenter que de dire que le Canada tenait au œ – a vivement protesté en disant que c’était un besoin. Mais c’était peine perdue, les deux francophones influents du GT3 affirmaient tous deux que cela n’était pas nécessaire et que la ligature pouvait à la rigueur être produite par un caractère de commande 14 de l’ISO 6429 que le GT3 venait de produire… Plus tard (1988), j’ai produit une contribution, en français et en anglais, démontrant que l’œ servait à des fins orthographiques et ne pouvait être employé au gré de la fantaisie de tout un chacun. Bien que H. ait alors affirmé publiquement que c’était la première démonstration intelligente qu’il voyait à cet effet cela n’a rien changé au fait que la norme avait déjà été publiée.

J’ai trouvé une des conclusions très intéressantes:

… finalement, on se rend compte que si l’Académie française est responsable du devenir du vocabulaire français, que si que les divers ministères et organismes chargés de la francophonie ont nommé diverses commissions pour le suivi de l’emploi du français, aucun organisme officiel n’existe, regroupant typographes, correcteurs, linguistes, etc., qui soit en charge de suivre l’évolution de la typographie francophone ; c’est sur ces mots que Louis Guéry aussi termine l’introduction de son Dictionnaire des règles typographiques.

Un des symptômes de cet état de fait est que pour les questions typographiques et de mise en page web, je ne me réfère pas à une page officielle, mais celle d’une communauté online, en ignorant une bonne partie des recommandations techniques qui sont datées ou à mon avis erronées.

O tempora, o mores

Jay-Z - Blue magic - Liasse d'Euros

Le clip vidéo de « blue magic » du rappeur Jay-Z a fait un petit scan­dale aux États-Unis. La cause de l’outrage ne semble pas être les paroles, ou même la pré­sence de jeunes fil­les en petite tenue dans le clip. Non, le pro­blème est que l’obses­sion des rap­peurs pour la riches­se et ses sym­boles est bien trop pragma­tique, et donc c’est une liasse d’euros qui est ostensiblement ventilée. Avec un taux de change proche de 1.6 $ pour 1 €, une liasse de billets de 500 € représente une coquette somme. Comme en plus la plus grosse coupure de dollars en circulation est celle de 20 $, la liasse en dollars devrait être quarante fois plus grosse. Autant dire qu’on ne parle plus de liasse mais de grosse valise. Clairement agiter des grosses valises pour montrer qu’on est riche, c’est moins cool.