Winchester MansionManoir Winchesterウィンチェスター・マンシオン

Winchester Mansion

ウィンチェスター・マンシオンを見に行きました。死霊を困るので38年で使った変な建物です。写真.

I went to the Winchester Mansion, this strange building was con­structed during 38 years to con­fuse ghosts. Photos

Je suis allé voir le Manoir Winchester. Cet étrange bâtiment a été construit durant 38 ans pour embrouiller les fantômes. Photos.

Ich bin das Winchester Haus ansehen gegangen. Es würde, um Gespenster zu verwirren, 38 Jahre lang gebaut. Photos.

Même si c’est une ville plus grande que San Francisco et la capitale officieuse de Silicon Valley, San José n’est pas exactement un centre touristique, le manoir Winchester est une des rares attraction de l’agglomération. La manoir fut construit à partir d’une ferme locale par l’héritière de la fortune Winchester.

La légende affirme que la veuve cherchait à apaiser les esprits des personnes tuées par les armes de son mari. La maison est très grande, un labyrinthe d’extensions et de pièces, certain escaliers ne mènent nulle part, des fenêtres donnent sur d’autres pièces, une porte donne sur l’extérieur au premier étage, sans qu’il y ait d’escalier, la cheminée du système de chauffage de l’oisellerie ne donne pas sur l’extérieur. Certaines pièces furent abandonnées et murées après le tremblement de terre de 1906. Les pièces terminées sont décorées avec tout le luxe accessible à une millionaire de l’époque, chauffage central, système d’illumination à gaz, sonnette électrique.

L’endroit est suffisamment bizarre pour qu’il apparaisse dans le roman Earthquake Weather de Tim Powers.

flattr this!

Markus Notter

Markus Notter

Un politicien de Zürich, Markus Notter a un site web interactif amusant. Je ne peux dire grand chose sur ses idées poli­tiques – à vrai dire j’ignorais son exi­stence avant de trouver son site par le biais du blog swiss-miss – mais la manière dont il se pré­sente est très intéres­sante. L’ani­mation et le son sont utilisés pour compléter le texte du site. Le texte est en haut-allemand, mais l’ani­mation parle en dialecte. Selon les sections et les actions, l’ani­mation de la personne change et explique en gros les sections. Si on l’ignore assez longtemps, l’animation demande si on est encore là et demande si elle peut lire un livre, ou commence à jouer, un peu comme les unités dans les jeu de stratégie en temps reél. Je dois dire que je serais assez content si tous les politiciens se présentaient ainsi.

flattr this!

Des madeleines et des distributions…

Fractal Romanesco Broccoli

Lors de ma dernière année au collège, nous avions le choix des lectures, aussi long­temps que ce choix com­portait Proust. Si j’étais à l’époque un avide lecteur, je n’avais pas vrai­ment ap­précié Du côté de chez Swann qui m’était ap­paru comme lourd et mono­tone. Alors que les sou­venirs de ce texte se sont largement estompés, ce qui me reste, c’est une im­pression de linéarité et de structure, très différente de la manière sont structurés mes souvenirs.

Je pense que je ne pourrais jamais reconstituer ma vie de manière linéaire, ma mémoire fonctionnant principalement par associations, chaque idée en évoquant une autre associée dans un espace ou le temps n’est qu’un vecteur parmi tant d’autres et ou les souvenirs se noient parmi d’autres idées. Un goûter de mon enfance peut tout autant aboutir sur des réflexions sur la conception des avions qu’à des souvenirs antérieurs ou des pensées sur des évènement hypothétiques. Certains y verront sans nul doute un manque de discipline, mais je ne pense pas qu’une narration linéaire de ma vie ait un réel intérêt.

Lorsqu’on a un petit nombre d’éléments à gérer, nul besoin de statistiques, on comprend le problème en entier, mais rares sont les choses sont qui sont suffisamment simples pour tomber dans ce cas. La somme des expérience et des pensées d’une personne n’entre clairement pas dans cette catégorie. Alors on on synthétise, on se souvient du meilleur et du pire, des extrema. Considérer quelque chose par ses deux bornes est un modèle simple, on définit le royaume par son mendiant et son roi. À travers un tel prisme, les souvenirs d’une vie peuvent devenir un récit dramatique ou épique.

L’esprit n’aime pas la moyenne: on oublie la routine, les jours normaux, mais peu à peu on réalise que le quotidien est important, et on cherche à l’améliorer: la moyenne devient le but à atteindre, ou la barre à relever. Banale, la moyenne n’en devient pas moins le centre de toutes les attentions, le sujet des discours des politiques. Certains iront même jusqu’à parler d’écart type ou de distribution gaussiennes. Un récit parlera de norme sociale, de codes et des déviations mineures. Pour moi Proust tombe dans cette catégorie.

La semaine dernière, j’ai eu une discussion très intéressante avec un collègue de chambrée. Sa théorie était que souvent les gens assument qu’une distribution est gaussiennes, alors qu’elle ne l’est pas réellement, et que, surtout dans les domaines biologiques ou humains, les distributions sont autosimilaires. C’est une idée qui me séduit assez, ne serait-ce que parce que je perçois ma vie comme très auto-similaire: certains événements se répètent mais avec des intensités changeantes, certaines personnes réapparaissant mais avec des fréquences différentes.

flattr this!

Targeted Advertising…

Avis Stupid Spam.

So Avis noticed that I used their serv­ices lately and pro­poses that I create a pro­file to simplify regis­tration. Cool. Except I’m a swiss resi­dent, and they can’t offer that serv­ice to such dis­reputable people. The stupid thing is, the fact I’m a swiss resi­dent is in their files. So after wading thru their wizard web interface, I get rejected.

Idiots.

flattr this!

Mountain View – Palo Alto Bicycle Loop

After a few trials I have found a nice biking loop to do in the area between Moun­tain View and Palo-Alto. The loop starts in Moun­tain View, goes north-west in the resi­den­tial area, joins the bike boule­vard in Bryant Street, until Palo Alto. It then turns right on Univer­sity Ave­nue crosses down-town Palo-Alto to­wards the bay, crosses High­way 101 close to Ikea, turns right again on Bay road to go to a park on the bay side. The loop then goes to the south-east along the shore­line. Doing the loop in that di­rection should en­sure that you get the wind in the back on the shore. You then go along the Palo-Alto air­field and the Shore­line Golf Links and the Amphi­theatre to reach Steven’s Creek trail, north of the NASA Ames air­base. The trail takes you back to Moun­tain View.

flattr this!

La fin des SUV…

Hummer H2

Une des choses intéres­santes à vivre aux États-Unis ces jours, c’est que je suis aux premi­ères loges pour voir la fin d’une épo­que, celle du car­bu­rant pas cher. La hausse des prix du pé­trole est naturel­lement glo­bale, mais elle est très sen­sible ici, exa­cerbée par la chute du dol­lar une éco­no­mie mo­rose et le fait que toute la société, toutes les infra­structures ont été con­çues dans une optique d’énergie abon­dante. La hausse du prix du pé­trole a des victimes variées, parfois in­atten­dues. Ainsi, certaines ancien­nes stations service équi­pée de pom­pes mécaniques, in­capa­bles de gérer un prix supérieur à quatre dollar le gallon. Les pro­priétaires se re­trouvent devant le clas­sique dilem­me de la mise à jour: ache­ter de nouvel­les pom­pes à un mo­ment ou augmenter les prix pro­voquera une fuite des clients, tenter de mettre à jour une mé­canique vieille de quarante ans.

Un changement très sensible est le déclin rapide des SUV, qui consom­ment énormé­ment de car­burant. Les ventes de ces vé­hi­cules ont di­minué de ma­nière specta­culaire, pour la première fois depuis des an­nées, c’est une voiture com­pacte, la Honda’s Civic qui fait les meil­leures ventes du pays. C’est une dé­bacle pour les fa­bri­cants de voi­tures améri­caines qui faisaient une grande partie de leur pro­fits sur les SUV, dont les marges étaient bien supé­rieures aux voi­tures “normales”. La crise est telle que GM veut se sé­parer de la marque Hummer spé­ciali­sée dans les SUVs.

Outre les voitures légères, les voitures hy­brides sont très popu­laires, surtout en Cali­fornie ou elles béné­ficient de certains avan­tages. Le plus no­table est le droit de rouler dans la file de car pooling. Sur les auto­routes cali­forniennes, la piste la plus à gauche est réservée aux véhi­cules con­tenant plus qu’un pas­sager (ces pistes sont marquées d’un losange ♢) Les voi­tures hybrides sont auto­risées à y rouler même si elles ne trans­portent qu’un seul pas­sager. Si les voi­tures hy­brides com­portent un moteur à hydro­carbures classique, elles peuvent être re­chargées, mais cela im­pliquerait une infra­structure de stations de charge­ments qui n’existe pas encore. La mise en place d’un tel ré­seau est un des objectifs de la fondation Google.org.

Évidemment, XKCD a un petit strip totalement à propos

flattr this!

mountain lion warning Centaurea Solstitialis – Photo by Peggy Greb - Wikimedia Commons

Google serve

Centaurea Solstitialis – Photo by Peggy Greb - Wikimedia Commons

One of the initiatives of Google is Google Serve, where employees can donate half a day’s work for some public good initiative. Those two weeks, Googlers have been helping on various projects in the bay area. On Thursday, with other GooglersI went to the Almaden Quicksilver County Park, we did some trail maintenance, cutting back tree branches from the trails, but mostly we removed invading weed species. The most common invasive plant is the Yellow star thistle Centaurea solstitialis, which is spreading wildly (and is toxic for horses), but given the extent of its population, weeding out that plant is basically hopeless. Instead, we concentrated on weeding out the Cut-leaved Teasel Dipsacus laciniatus, which is still not to commonly spread.

California has really beautiful parks, where I did quite a few nice hikes, the weather was sunny and warm, so it was really nice to work outside for one morning and contribute in a limited fashion to those parks.

flattr this!

D’un dōjo à l’autre…

Cela fait maintenant plus d’un mois que je pra­tique l’Aïkidō dans le dōjo de Frank Doran, à Red­wood City, près de Moun­tain View. Si cette pratique est très intéressante, elle est aussi épui­sante, non pas tant physi­quement, que mental­ement: le cours est très avancé technique­ment alors que je ne le suis pas. Cela doit bien faire dix ans que j’ai commencé l’Aïkidō, mais je n’ai pas pra­tiqué durant tout le temps de ma thèse, j’ai fait du Kem­pō lors de mon séjour au Japon, fré­quen­té trois dōjos avec des styles assez différents, et visité quelques autres.

Cette errance n’aide pas à une pro­gres­sion rapide, l’attitude du Kempō n’est pas celle de l’Aïkidō et les diverses écoles met­tent l’em­phases sur des tech­niques et des ap­proches dif­férentes. Naturel­lement, il y a des points com­muns : la phy­sique et l’ana­tomie sous-jacentes étant les mêmes, je dis­cerne, parfois, le point de conver­gence. Ce point est plus mon but que le pas­sage de cein­tures et de kyūs, mais force m’est de con­sta­ter que j’en suis encore loin. En atten­dant, je suis souvent em­brouillé, et, je soup­çonne, un uke exa­spé­rant. Le seul mo­ment où les choses s’éclair­cissent est en randori, à ce moment je n’ai pas le temps de réflé­chir ou d’être em­brouillé, et les choses vont presque d’elle-mêmes.

flattr this!