À quoi rêvait Anselme…

Le robot d'Anselme

Lorsque j’étais au Cycle d’Orientation (dans le canton de Genève, l’école ou l’on va de 10 à 14 12 à 15 ans), une de mes séries de bande dessinées favorites étaient les livres d’Anselme Lanturlu de Jean-Pierre Petit. Chaque livre vulgarisait un sujet donné, À quoi rêvent les robots présentait le sujet de la robotique. Dans ce livre, Anselme en avait assez de passer l’aspirateur et décidait d’automatiser le sien. D’abord avec un programme statique codé sur une bande perforée, le robot-aspirateur devenait de plus en plus perfectionné et autonome.

Roomba SE

Vingt ans ont passé, et le robot qu’Anselme cherchait à construire se retrouve dans mon appartement, un roomba-SE. Le produit commercial d’aujourd’hui est somme toute très similaire aux idées présentées par Jean-Pierre Petit. Le roomba est plus plat, ce qui lui permet de passer sous les armoires et son principal senseur est une coquille sur l’avant qui détecte les collisions, le robot d’Anselme avait les contact de recharge sur le dessus, alors que le roomba les a en dessous.

Après quelques premiers essais, je suis arrivé aux conclusions suivantes:

  • En général, ça fonctionne, la bestiole a sensiblement diminué le niveau de poussière dans mon appartement (pas difficile mais bon).
  • À condition de ranger les franges sous le tapis, le roomba a bien nettoyé mon tapis dans l’entrée.
  • Le roomba est assez plat pour se glisser sous l’armoire et nettoyer dessous, mais aussi pour s’emmêler dans les câbles que j’avais caché sous la dite armoire. Une bonne raison pour faire de l’ordre dans ses câbles.
  • Le roomba n’arrive pas à passer les seuils des différentes pièces de mon appartement – le hall d’entrée est légèrement surélevé, il faudra donc que je bricole des plinthes ou des rampes si je veux que le roomba nettoie tout l’appartement et retourne tout seul à sa station de charge.
  • L’appareil est assez bruyant, d’une part à cause de l’aspirateur, de l’autre du fait que la détection des objets se fait en fonçant dedans. Vu que je le fais marcher durant mon absence, ce n’est pas très grave.
  • Mon modèle venait avec deux murs virtuels, qui permettent d’interdire l’accès à une zone en projetant un faisceau invisible. La longueur de ce faisceau est assez difficile à évaluer ce qui fait que la première fois, j’ai bloqué l’accès à la base de recharge à proximité.

Dans tous les cas, je suis assez content de ce robot, et une fois que j’aurais réglé le problème de transition entre les pièces, je pense qu’il pourra nettoyer tout l’appartement d’une traite.

Les albums d’Anselme Lanturlu sont à présent disponibles en téléchargement gratuit.

Leopard

Mac OS Ⅹ 10.5 Leopard Disk Image

As my work laptop has been upgraded to Mac OS Ⅹ 10.5, aka Leopard. I also have installed the new operating system on my private laptop. The upgrade process was a mixed bag, both machines I had were heavily customized, which lead to certain problems, but nothing deadly. It still confirmed the rumours I had heard that the OS was somehow rough and it could certainly have used more β-testing. One core issue, it seems, is that everything is now multi-threaded, and there still a few nasty deadlocks and race conditions present.

The interesting paradox of this release is that while it is simply not mature, most of the features that are present in it are about maturity. Mac OS Ⅹ finally integrates fully its Unix heritage: POSIX compliance, Keberized services, full LDAP integration, Dtrace and a reasonable IDE (Integrated Development Environnement) based on standard components. Even more than the previous versions of OS X, there’s a lot of stuff for geeks. In a sense Mac OS Ⅹ 10.5 is what Solaris failed to become: the Unix OS for a workstation that can also be used on my mother’s machine. It is just a shame it was released to soon, just to accomodate some arbitrary deadline.

Yet in some ways, OS Ⅹ is also leaving the classical Unix design behind, ACL (Access Control Lists) are becoming more and more prevalent and replace the classical permissions, and many old dæmons have been replaced by launchd which is used to launch many services from the ssh-agent (finally integrated in the OS), and the X11 graphical server. As with all the previous releases of Mac OS Ⅹ, you can see a two release cycle: in the first cycle some technology is introduced, or reintroduced, without being used much, for instance hard-links and file access notifications had been implemented in HFS already in 10.4, but were used to build Time-machine in 10.5. Core graphics was introduced in 10.4, but is now used everywhere. So 10.5 is very interesting because it shows the direction Mac OS Ⅹ is taking: the OS now has the ability to sandbox processes, a fast virtual machine (LLVM) and a garbage collected objected oriented language (Objective-C 2.0), does this sound familiar?

(Français) Histoire Suisse

Couverture Grégoire Nappey, Mix & Remix - Histoire Suisse

J’adore Mix & Remix, donc en passant dans une librarie, je me suis acheté l’Histoire Suisse par Grégoire Nappey, illustré par Mix & Remix. C’est un petit livre aéré qui donne une présentation synthétique et sympathique de l’histoire Suisse. Ce n’est certainement pas une encyclopédie, mais pour moi un bon moyen de structurer les morceaux incohérents d’histoire suisse auquels j’ai eu droit durant ma scolarité et les autres éléments disparates de culture générale que j’ai pu accumuler avec le temps.

Une des choses qui m’a frappé durant la lecture, c’est l’importante influence de la France sur l’histoire Suisse, que ce soit le début de la politique de neutralité après la bataille de Marignan, la mise en place de la Suisse “moderne”, ou des unités (métriques, mais aussi le franc). Cette influence se retrouve aussi dans le suisse-allemand, qui comporte beaucoup plus de mots français que le haut-Allemand. Force est de constater que cette influence a largement disparu durant le ⅩⅩe siècle. La France a beau être la cinquième puissance mondiale, ce n’est plus réellement un exemple en politique, et les dialectes de suisse-allemand contiennent de plus en plus de mots d’anglais.

Oyazume

Kanji sur le lampion Oyazume vendu par la Migros - 提燈

Hors donc, j’ai acheté un lampion japonais à la Migros. Sur le paquet se trouvent deux magnifiques kanjis. La marque du produit est «Oyazume™». Le premier kanji est relativement facile à retrouver, 12 traits avec le radical de main (扌). Il signifie tenir à la main, emporter. Le second est plus délicat le radical de feu (⽕) est relativement clair à gauche, la partie de droite semble être escalader 登, il s’agit en fait de la variante ancienne de lampe 灯. Mon Henshal indique qu’escalade est utilisé ici dans son sens original sur un piédestal.

Oyazume - photo de l'emballage

Avec le second caractère simplifié, on se retrouve avec le mot 提灯chōchin, qui signifie lampion, lanterne vénitienne, lanterne chinoise. Par contre, aucun rapport avec oyazume (je n’ai d’ailleurs rien trouvé sur ce sujet sur le web). Le mot sonne très japonais, il pourrait s’agir d’une erreur de transcription de la forme impérative de 休むyasumu – qui signifie se reposer, avec un ‘o’ honorifique devant…


Les kanjis d’aujourd’hui:
Kanji Prononciation Kun Prononciation ON Signification Note Henshall
さ.げるsa.geru
テイTEI
チョウCHŌ
Porter, tenir en main, proposer Main (扌) et approprié (是) 753
hi
トウ
Lampe Feu (⽕) et escalade (登), la version simplifiée 灯 est composée de feu (⽕) et exact/clou (丁). 556

MacBook Air

MacBook Air

So the rumors were right and Apple introduced a sub-notebook, kind-of. While most sub-notebook are basically designed to be usable in the airplane or the train. The MacBook air does not fit that bill, it is nearly as big as a regular 15 inch MacBook Pro, instead it is much thinner and light. Of course, in order to be so thin, compromises had to be made, no optical drive, no wired network, only one USB port, non-swappable battery. So what is the goal of that laptop? My hunch is that it is a meeting-book, when you go from meeting to meeting, having a lighter laptop with more battery to lug around makes your life easier. You don’t need a lot of network bandwidth, but a large screen and a DVI connection. In some sense, I suspect that this machine was designed with Steve Jobs needs in mind – he probably does not fly in economy class.

The interesting thing for me where the technologies introduced in this machine: a multi-touch sensitive track-pad, and a virtual optical drive. The first is present in many handheld devices, including the iPhone, the second is certainly no technical revolution, but it could be mental one, if PC’s firmares were able to boot off a CD-ROM on the network, maybe the optical drive will go the way of the floppy drive…

Inner City Pressure

The Pet shop, had quite some influence on my musical tastes. It is always funny to hear a parody that captures the spirit of a genre, this this case Synthpop. I really like Flight of the Conchords.