Affiche du Film Persépolis de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi

Persepolis

Affiche du Film Persépolis de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi

Je ne suis pas exactement un fan de cinéma, je n’ai pas d’opposition morale au septième art, c’est juste que j’y vais rarement. Avec le temps je suis devenu quelque peu exigeant sur la qualité des scénarios, et les films d’actions ont tendance à facilement me coller mal à la tête, je suspecte que c’est lié à l’usage immodéré du son THX, mais je ne suis pas sûr. Cela dit j’ai été très curieux lorsqu’Amanda m’a proposé d’aller voir Persépolis, de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi, je n’avais réellement aucune idée de ce qu’était le film, mais l’idée me semblait prometteuse. Cela me permettait aussi de voir un petit cinéma alternatif à Zürich, et de voir un film en français pour changer…

J’ai beaucoup aimé le film. Il s’agit d’un film d’animation, qui raconte sous la forme d’un grand flashback la vie d’une jeune iranienne, ses tribulations entre la révolution, la guerre avec l’Irak et son exil en Autriche. Le dessin est simple et fluide, et s’adapte à l’âge de la narratrice. Lyrique et poétique quand elle est très jeune, les décors deviennent plus durs et réalistes avec les années. D’une manière générale, le film utilise tout le vocabulaire d’une bande dessinée, mais aussi certaines formes d’animation qui donne quelque chose de très riche. J’ai beaucoup aimé les premières explications politiques dans le style des marionettes de papier. La narration a proprement parler est imprévisible et remplie d’épisodes surréalistes, ce qui pour moi est le signe d’une bonne biographie.

La force du film, pour moi, c’est qu’il a des prétentions modestes. Si la déposition du Shah, la guerre avec l’Irak forment la toile de fond de l’histoire, ce n’est pas un film historique. La situation est présentée par le biais de membre de la famille de l’héroïne, chacun avec ses biais et ses idées, ce qui en fin de compte m’a donné autant d’informatique sur le sujet qu’un exposé. Bref, c’est un film que je recommande chaudement.

Flattr this!

Fragment des Baigneurs de Katsushika Hokusai.

Étymologie de Manga

Fragments des Baigneurs de Katsushika Hokusai (北斎 葛飾)

Le mot «manga» est largement entré dans l’usage courant de la langue française, si l’académie française n’a pas encore légiféré sur son genre – qui semble être sujet à débat, il est intéressant de regarder son étymologie. Le mot s’écrit 漫画 (まんが).

Le premier kanji, ( MAN ) signifiait à l’origine eau s’étendant, avec à gauche le radical de l’eau 氵et à droite le kanji (MAN) qui signifie étendu (et sert aussi d’indice phonétique) (MAN) possède aujourd’hui de nombreuses acceptations: aléatoire, diffus, involontaire. Le kanji (MAN) peut à son tour être décomposé en soleil ⽇, œil ⺫ et main/encore ⼜, toutefois mon Henshall indique qu’à l’origine il représentait un casque sur un œil.

Le second kanji (GA) est une simplification du kanji (GA) qui contient le kanji de champ de riz 田 au centre, la partie supérieure est le radical du pinceau (ITSU) signifiant écrire avec un pinceau et le trait inférieur signifie «partition». D’où le sens actuel: trait, dessin. Le kanji pour pinceau est (ITSU) qui ajoute le radical de bambou ⺮.

En chinois, le mot s’écrit 漫畫 (mànhuà), en écriture traditionelle, et 漫画 (mànhuà) en écriture simplifiée. Le fait que les écritures traditionelles et simplifiées coincident entre le japonais et le chinois n’est somme toute pas si commun que ça.

Les kanjis d’aujourd’hui:
Kanji Prononciation Kun Prononciation ON Signification Note
みがりに (migarini) マン (MAN) Involontaire, aléatoire, diffus. L’eau qui s’étend est aléatoire.
なが.い (naga.i) マン (MAN) Étendu, beau. Étendu et beau comme l’espace visible entre ma main et le soleil.
かく (kaku) (GA) Trait de pinceau, image, dessin. Le champ fait impression.
かく (kaku) (GA) Image, croquis, description, trait, coup de pinceau, marque, division. Le trait qui délimite le champ.
ふで (fude) イツ (ITSU) Radical du pinceau, soi-même La main qui tient le pinceau.
ふで (fude) イツ (ITSU) Pinceau, écriture manuscrite Les pinceaux étaient souvent en bambou.

Flattr this!