Une autre troisième voie Genève-Nyon

Gare de Divonne

Après la mise au placard du projet de troisième voie entre Nyon et Genève, c’est le projet Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse (CEVA) qui est à présent menacé par un referendum. Autant dire que les trans­ports ferroviaires dans la région Genevois ne sont pas sorti du trou. Le trajet proposé en alter­native au CEVA est certes moins cher, mais fondamen­talement une distraction. Plutôt que de connecter la plus grosse agglo­mération à proximité (Annemasse) en passant par des quartiers très peuplés (Champel, Eaux-Vives), elle connecte à un petit village (Bossey). Naturellement, d’autres plans, impliquant la sempi­ternelle traversée de la rade ont été proposés. Autant dire que rien ne sera construit avant une génération.

Le plus triste dans cette situation, c’est qu’il existe une troisième voie construite pour moitié entre Nyon et Genève. De l’autre côté de la frontière, la ligne de chemin de fer entre Divonne-les-Bains et Bellegarde pourrit lentement. Si on regarde la carte, les tronçons en bleu sont les lignes existantes des CFF, les tronçons en mauve sont les tronçons SNCF à l’abandon. Les tronçons en rouge sont ceux qui n’existent pas ou plus et qui manquent pour faire la connection Nyon-Genève. Le tronçon entre Nyon et Eysins est encore utilisé pour des marchandises, et jusqu’en 1962, la ligne entre Eysins et Divonne-les-Bains existait (Ligne Collonges-Fort-L’Ecluse – Nyon). Elle ne devrait donc pas être trop compliquée à reconstruire. La connection entre Saint Genis-Pouilly et la ligne qui va de Genève à Bellegarde au niveau de Satigny serait plus compliquée, vu qu’il y a là une colline et qu’il faudrait probablement un tunnel.

Est-ce que cette ligne serait une alternative à une troisième voie le long du lac  ? Probablement pas. Par contre, je pense que ce serait un axe de développement intéressant pour le bassin lémanique. Ce développement aurait aussi l’avantage d’offrir une certaine tolérance aux catastrophes. Si la voie Genève-Renens est interrompue par des intempéries (comme c’est arrivé cet été entre Berne et Fribourg) Genève sera tout simplement coupée du reste de la Suisse. Malgré cela, vu la situation politique, la complexité des relations trans-frontalières, les finances et les mentalités dans la région, je doute voir une telle réalisation.

Un billet sur ce thème est paru sur le blog de la Tribune de Genève. Leur système de rétro-liens ne semble pas fonctionner), et le blog a entre-temps disparu.

Beaucoup d’informations et de photos se trouvent sur le site Promenade Ferroviaire dans la Pays de Gex.

L’association GexRail semble vouloir réaliser exactement la voie que je suggère.

Flattr this!