Anniversaires, éléments et signes du zodiaque

Les nombres ont une grande importance pour les japonais. Certains sont mauvais, comme le nombre quatre, d’autres bénéfiques. Ainsi un anniversaire important est le soixantième anniversaire. Cet évènement est appellé 巌歴 (kanreki), ce qui signifie retourner le calendrier. En effet après soixante ans, la même année zodiacale apparaît à nouveau.

Le est basé sur un système de douze années avec chacune un animal associé  : rat, bœuf, tigre, lapin, dragon, serpent, cheval, mouton, singe, coq, chien, et sanglier. Par dessus se greffe un système basé sur les cinq éléments  : métal, eau, bois, feu, terre. Une personne est donc définie par un animal et un élément, par exemple, je suis rat et eau. Les animaux changent toutes les années, les éléments tous les deux ans, le résultat est un système avec soixante combinaisons, qui se répètent après soixante ans. Nous sommes dans l’année du chien de feu, comme en 1946.

Comme rien n’est jamais simple, le kanji associé à chaque animal n’est pas le kanji normal. En lieu et place il y a douze kanjis différents. Ce qui est intéressant, c’est que ces signes furent un temps aussi utilisé pour désigner des périodes de deux heures de la journée et les directions cardinales correspondantes (si on place le nord à minuit). Par exemple, l’ancien kanji pour l’ouest (西) est coq (酉). Le kanji pour cheval (午) est utilisé pour exprimer l’idée de midi, comme dans 午前 (gozen), avant-midi (matin). 卯辰山 (utatsuyama) est ainsi nommée car elle se trouve dans la direction lièvre-dragon par rapport au château de Kanazawa. C’est à dire 105° en partant du nord (environ est-sud-est).

Les signes du Zodiaque Chinois
Kanji Kun ON Animal Période Kanji usuel
(ne) (SHI) Rat 23:00 → 01:00
うし (ushi) チュウ (CHŪ) Bœuf 01:00 → 03:00
とら (tora) イン (IN) Tigre 03:00 → 05:00
(u) モウ () Lièvre 05:00 → 07:00
たつ (tatsu) シン (SHIN) Dragon 07:00 → 09:00
(mi) (SHI) Serpent 09:00 → 11:00
うま (uma) (GO) Cheval 11:00 → 13:00
ひつじ (hitsuji) (MI) Mouton 13:00 → 15:00
さる (saru) シン (SHIN) Singe 15:00 → 17:00
とり (tori) ユウ (KEI) Coq 17:00 → 19:00
いぬ (inu) ジュツ (JUTSU) Chien 19:00 → 21:00
(wi) ガイ (GAI) Sanglier 21:00 → 23:00

Certains rôlistes auront remarqué que cela ressemble fort au système des heures draconiques de Rêve de Dragon, ce n’est pas très étonnant, vu que Denis Gerfaud s’est largement inspiré du système chinois.

Une note finale, la lecture KUN du sanglier contient un vieux caractères, ゐ, qui représente le son wi, mais qui n’est plus utilisé, de fait la lecture est généralement considérée comme étant (i).

Flattr this!

Oui, mais est-ce que c’est de l’art…

J’ai toujours eu un rapport problématique avec l’art, d’un côté je suis attiré par les arts graphiques, de l’autre, j’étais plus intéressé par les codes et les techniques que l’importance sociale ou culturelle de telle ou telle œuvre. Grace en partie à une enseignante d’histoire de l’art sénile au collège, je n’ai jamais eu d’intérêt pour la peinture classique, et la peinture moderne n’a aucun intérêt, étant largement incompréhensible.

Le résultat net, c’est que je me suis plus intéressé vers l’illustrations, que ce soit les illustrateurs de science-fiction ou de médiéval fantastique, mais aussi les hyper-réalistes. Je laisse la question de savoir si ce genre d’illustrations sont de l’art ou non, pour moi cette question est plus liée à la reconnaissance sociale qu’autre chose et m’intéresse peu.

La hasard a fait que j’ai passé une journée pluvieuse à Manchester, n’ayant pas grand’chose à faire, j’ai visité les Manchester City Galleries. Outre une exposition sur les textiles fort intéressante – j’ignorais que Manchester ait été la capitale du coton en europe à une époque – il y avait une gallerie de peintures principalement de la période allant de 1780-1920.

La chose qui m’a frappé en regardant l’évolution des peintures sur cette période, c’est qu’elles semblent converger vers le style dont j’ai l’habitude. C’est à dire que les techniques et les codes m’apparaissaient de plus en plus clairs et simples. La chose curieuse, c’est qu’il semble y avoir un décrochement à partir des années 1900: que ce soit au niveau du graphisme ou du sujet, les peintures ne se rapprochent plus de mon goût, mais semblent plutôt s’en éloigner.

Cette divergence n’est pas nouvelle pour moi, mais c’est la première fois qu’elle m’apparaissait aussi nettement. Une des raisons possible, c’est que jusqu’à 1900, les peintures étaient surtout des œuvres de commande et devaient donc en fin de compte répondre aux même impératifs. Parmi les peintures exposées, les plus populaires furent de fait reproduites en gravure.

Je ne sais pas dans quelle mesure je suis le seul à percevoir les choses ainsi, et si c’est le cas dans quelle mesure la période de divergence change selon le point de vue des gens. C’est à dire qu’une personne dans cinquante ans verra le point de divergence dans les années 70 ou 80…

Il y avait aussi une exposition sur René Burri. Un Suisse vivant au Japon va voir une exposition sur un photographe de son propre pays en Angleterre…

Flattr this!