Le retour de Hans Schaudi

hans_schaudi

Chacun d’entre nous à ses madeleines, qui font remonter des souvenirs enfouis depuis longtemps. L’avantage des madeleines c’est que c’est bon à manger, dans mon cas le déclencheur a été une prestation d’acteur si mauvaise qu’elle fait passer le jeu Keanu Reaves pour expressif. Étonnamment, cet honneur douteux ne revient ni à un film de science-fiction ni même à une œuvre d’art et d’essai, mais aux vidéos de ma méthode de Japonais, みんなの日本語 (Minna no Nihongo).

Chaque jour m’inflige donc un nouvel épisode des aventures de Mira-san, le gaijin de l’histoire. Je n’ose imaginer ce que ce personnage évoquerait à un Japonais, vu que déjà moi, je le trouve (dans les films) irritant au possible. Il est joué par un acteur qui me fait regretter les films du cours d’allemand d’antan Vorwärts. Ah ! Que n’ai-je apprécié la richesse de ton de Hans Schaudi, l’expressivité de Lieselotte Meyer ou la jovialité de Lumpi !

Bon il est temps d’aller dormir, demain j’y retourne…

Flattr this!

La machine à thé

Les personnes qui font des interfaces utilisateurs devraient être forcées à vivre quelques temps dans des pays étrangers, surtout ceux qui aiment les power-features. Hier j’ai passé un bon quart d’heure à essayer de faire sortir de l’eau chaud d’une channe à eau chaude. En Suisse, ces machins sont simplement un récipient thermos avec une pompe, et le liquide chaud sort quand on pompe. Au Japon, ces choses sont beaucoup plus sophistiquées : elles maintiennent l’eau à une température précise, et incluent une pompe électrique. Elles ont aussi des fonctions de réveil, et probablement d’autres qui m’échappent. Le problème c’est qu’au lieu d’un bête bouton, il y en a cinq avec presque autant de diodes lumineuses, un code de couleur qui m’échappe, et naturellement du texte en idéogrammes. J’ai essayé de presser chacun des 5 boutons, peine perdue, cela a changé l’état des diodes, déclenché un timer, provoqué une petite musique, mais pas fait sortir de l’eau. La clef de la réussite est que pour faire sortir l’eau chaude tant désirée, il faut appuyer sur deux boutons en séquence. Soit il s’agit d’une sécurité pour éviter que l’on se brûle par accident avec l’eau chaude, soit c’est un design particulièrement mauvais.

Sinon, ce matin sera mon troisième cours intensif de Japonais, comme le titre le suggère, ils sont intensifs, trois heures chaque matin, et au moins autant de temps l’après-midi pour faire mes devoirs. Entre ça et les restes du jet-lag, je suis passablement fatigué.

Flattr this!

Ce que je vais faire au Japon

Logo FNS

Un certain nombre de personnes m’ont demandé ce que je pouvais bien aller faire au Japon. Vu que ces temps, j’ai surtout été préoccupé par les démarches administratives et les préparatifs, cet aspect de la question m’est un peu sorti de la tête. Je pars 18 mois au Japanese Advanced Institute of Science and Technology. Là bas, je travaillerais sur un projet de recherche concernant les communications de groupe, payé par le Fond National Suisse pour la recherche.

Voici le résumé en anglais du projet :

Group communication is a set of abstractions to handle a set of distributed processes as a single entity. Group communication primitives typically offer precise and strong properties even in the event of link and process failures. Group communication is meant to simplify the design of distributed applications, in particular fault-tolerant applications. Despite more than twenty years of research in the domain of group communication and tremendous progress in the domain of networking, group communication has seen little use outside of academic prototypes.

As group communication toolkits are typically implemented assuming different system models and offer primitives with complex specifications, building an application using group communication is a non-trivial task. Yet the design of applications based on group communication has not been studied extensively; in fact, there is a lack of literature on the subject. Finally, as there are many different and incompatible toolkits, an application can only be targeted to a single toolkit.

We believe that the lack of acceptance of group communication comes from the fact that group communication systems have typically been designed in isolation, with little consideration for the existing network infrastructure or application level issues.

The goal of our project is to address these issues by designing a group communication toolkit that integrates with the overall network infrastructure, and offers group communication primitives suited for real applications, primitives using standard interfaces.

The project will have two main contributions. First, it will present how different applications can use group communication. Second, it will show how a toolkit can be built using standard low level services, offering group communication functionalities encapsulated in standard interfaces. The design will be validated by a prototype implementation.

Flattr this!