Latence et fin…

📄

Hier, j’ai terminé le travail au CERN. Cela fait toujours bizarre de quitter pour la dernière fois un bureau dans lequel on passé la majorité de ses journées durant une année. Le sentiment est renforcé par le fait que quand j’ai commencé, l’année passée, le printemps commençait, nouveau printemps, nouveau départ.

Parmi les bonnes nouvelles, mon article a finalement été publié dans les de l’, c’est un article que j’ai écrit lorsque je travaillais encore au , à l’. Je trouve un peu frustrant d’avoir une telle latence dans le processus de publication, étant distrait, cela fait qu’en général mes idées sont publiées quand je les ais déjà oubliées.

Mon travail étant terminé, je peux à présent me consacré entièrement à la tâche qui m’est à présent dévolue, faire des cartons…

Un bon review

Ce matin, je dois passer une visite médicale au CERN, ce qui veut dire y aller à jeun. Évidemment je suis tombé du lit et j’ai faim. Cette nuit, je n’ai pas beaucoup dormi, curieusement je ne me suis pas couché tard à cause d’une jeu massivement online, comme certain de mes amis, ni même un bon film, mais simplement un bon article sur le site d’ars technica. Pour ceux qui ne connaissent pas ce site, c’est un site qui parle d’informatique, ce n’est pas très original, mais ce qui le distingue d’autres sites, c’est la qualité des articles qu’on y a trouve.

L’article que j’ai lu hier soir était un review de Tiger, le dernier système d’exploitation de Apple. Beaucoup de choses ont déjà été dites sur cette nouvelle mouture de l’OS, mais en général, il y avait beaucoup de vent et peu d’informations. L’article de John Siracusa contient beaucoup d’informations, et cela se ressent déjà sur la longueur, la version PDF, accessible au abonnés du site ferrait plus de 100 pages. Comme les articles du même site sur l’architecture des processeurs, c’est le genre de lecture que l’on termine en ayant compris de nouvelles choses.

Pour moi, l’article a clarifié deux choses: d’abord, le rapport entre la technologie spotlight et les méta-données stockées dans le système de fichier, ensuite le développement du système graphique Quartz. Un truc que je n’avais pas réalisé, c’est que l’exécution des primitives graphiques avait été déplacé sur le processeur graphique (GPU). En fait, cela me semblait naturel pour les primitives vectorielles (dessin de lignes, typiquement), mais je n’avais pas pensé au d’avoir une cache de bitmaps dans le mémoire vidéo. Avec Panther, le code de composition des fenêtres est exécuté sur le GPU, sur Tiger, le but est d’exécuter tout le code graphique sur le GPU. J’utilise le temps futur, car il semblerait qu’une partie de cette fonctionnalité n’est pas activée dans la version initiale. Elle le sera probablement dans un patch subséquent.

Je suis très curieux de voir l’influence que ce nouveau design aura sur le monde Linux. Après qu’Apple ait implémenté la composition de fenêtres sur le GPU, le monde Linux a entrepris d’implémenter la même fonctionnalité dans le serveur X11 et le projet est bien avancé. Par contre, pour arriver un stade suivant, c’est à dire avoir l’exécution des primitives graphiques utilisées pour dessiner le contenu de ces fenêtres (ce que fait Apple avec Tiger), le monde linux devra surmonter un obstacle majeur: la prolifération d’APIs graphiques. Optimiser une seule API est déjà une tâche importante, en optimiser plusieurs avec des modèles différents est impossible. Pour cette raison, l’ancienne API graphique de Apple, Quickdraw, n’est pas optimisée. Peut-être que cet impératif poussera vers l’adoption de la librairie graphique open-source Cairo.

Dans tous les cas, il réjouissant de voir que la technologie va de l’avant…

Derniers jours au CERN

Demain sera mon dernier jour au CERN, je suis à présent en train de faire les nombreuses formalités de départ, rendre des cartes, remplir des formulaires, demain visite médicale. Mon départ pour le Japon sera le 16 mai, la dernière semaine avant mon départ, je n’aurais probablement plus d’accès internet régulier, donc il n’y aura probablement pas d’entrées dans ce blog durant cette semaine.

Je ne sais pas encore si je continuerais avec le service de blog de free.fr, d’un côté il est gratuit, et ma foi, ça marche, de l’autre, souvent ça ne marche pas. Toutes mes tentatives pour installer des plugins pour filtrer plus efficacement le spam ont échoué, et je soupçonne que c’est dû au fait que l’installation de WordPress est un peu étrange. J’aviserais en fonction de ce qui est disponible au pays du soleil levant.

Un feu absurde

Le réseau de pistes cyclables du canton de Genève a un avantage, il existe. Dire qu’il est rationnel serait aussi approprié que de dire que le nouveau pape est un jeune progressiste. Pour en revenir aux pistes cyclables, les trajets sont en général biscornus, mais cela peut s’expliquer par le fait qu’en général ils ont été bricolés tant bien que mal dans l’infrastructure routière existante, qui n’est pas le summum du rationalisme non plus. À cela s’ajoute le fait que le truc semble être géré par un nombre d’organisations, commissions et autres, il est possible de trouver sur le web une foultitude de rapport de commissions, et un bon nombre de flyers, mais pas la moindre carte du réseau. Malgré cela, on a toujours de surprises, des perles de surréalisme routier qui n’attendent que l’observateur aguerri pour se révéler.

En l’occurrence il s’agit du feu pour la piste cyclable qui traverse la route de Pré-Bois, à côté de l’aéroport, la piste cyclable longe le chemin des Papillons pour passer à côté de l’immeuble du Mövenpick et traverser la voie de chemin de fer et ensuite l’autoroute. Hors donc, pour traverse la route de pré-bois, il y a un feu rouge pour vélo, à première vue, il est normal, avec de chaque côté un bouton pour demander que le feu passe au vert. Le truc absurde, c’est que les deux sens sont complètement indépendants. Le passage peut-être vert pour passer du côté Genève au côté Aéroport et rouge dans l’autre sens. Qui plus est si par hasard le bouton est pressé des deux côtés, les deux côtés ne seront pas verts, en effet dans une direction le feu sera orange clignotant, et dans l’autre vert. On en déduit qu’une direction est plus dangereuse que l’autre.

Il se peut qu’il y ait une explication rationelle à cette installation, mais j’aimerais bien l’entendre…

Cartons & podcast

Le moment de mon départ pour la Japon s’approche et j’ai commencé à faire les cartons en prévision du déménagement. J’en suis encore à la phase ou l’on essaye de faire des cartons logiques, structurés, avec une étiquette dessus, même si la partie cynique en moi sait que cela finira dans l’hystérie des derniers moments avec des cartons de “divers”. Le problème des cartons, c’est qu’on commence par tout ce qui n’est pas critique, le résultat c’est que les cartons pas réellement importants sont ceux qui sont le mieux rangé.

L’autre chose notable aujourd’hui, c’est que j’ai écouté mon premier podcast. Pour ceux qui ne comprennent pas réellement l’explication dans la wikipedia (au moment ou je met ce lien, elle n’est pas très claire, je trouve), il s’agit de faire des petites émissions radio personelles via le web, le podcast est en quelque sort à la radio ce que le blog est au journal.

En l’occurrence, le podcast est fait par la personne qui tient un blog sur le Japon que je trouve très intéressant, nommé comme ça du Japon, le nom est en fait une référence au nom d’un chaîne de grand magasin dont le nom est en Français très approximatif, les comme ça store. La première fois, ça fait très étrange de voir ce nom dans une vitrine. En général, le blog parle de différent aspect de la vie du Japon, avec souvent des explications sur les kanjis que j’aime beaucoup – la dernière entrée en date présente le podcast. Il s’agit surtout d’une présentation de l’auteur la qualité n’est pas professionelle, mais ça donne une bonne idée de sons du Japon. Je suis impatient de voir, ou plutôt d’entendre la suite. Ceci est le lien direct vers le fichier mp3.

Scripts 2 – le retour

📔

J’ai remis à jour les scripts pour multimap et map.search.ch. Le premier possède à présent un système de conversion de jeux de caractères pour les accents. Les deux sont aussi plus intelligents et ne gardent que la dernière ligne de l’adresse, ce qui évite des embrouilles avec des addresses avec des c/o, des noms de maisons et ce genre de choses.

Pensées sur Tiger

Hors donc, Apple va sortir la nouvelle mouture d’OS X, surnommée Tiger. Je dois avouer être assez impatient de pouvoir la tester, même si je sais que je devrais attendre un peu, comme ce système ne sera disponible que le 29 avril, je ne pourrais l’installer qu’une fois moi-même installé au Japon, ce qui nous amène au 1er juin. Je ne veux pas prendre le risque d’un update de système d’exploitation en plein déménagement et changement de continent.

Chaque nouvelle version d’OS X a eu son lot de changements et il est intéressant de voir dans quelle direction le système va. Une chose indéniable, c’est que la partie Unix d’OS X est de plus en plus présente. Chaque nouvelle version voit la mise à jour des service Unix et de la compatibilité avec les autres systèmes Unix comme Linux. Pour la version 10.4, par exemple, le système de chargement de librairies dynamiques est changé pour se conformer à l’interface de dlopen.

Une technologie qui prend le devant dans Tiger est Kerberos. Kerberos est un protocol d’authentification, le but d’un tel système d’est de s’authentifier une seule fois et ensuite d’utiliser un ticket pour accéder aux différents services. Kerberos n’est pas une technologie récente, loin de là, la technologie date de 1983.

Ce qui est intéressant c’est que ce système est surtout utile dans des grandes organisations, pas du tout le marché habituel d’Apple. Comme pour pas mal d’autres technologies, Kerberos était déjà installé dans les version précédentes du système, mais pas ou peu utilisée: le programme de mail supporte déjà Kerberos mais c’est le seul, même le client ssh sous 10.3 n’est pas Kerberisé. Sous Tiger, même le programme iChat a été kerberisé.

Ce qui est amusant, c’est que j’ai, la semaine passée, installer un nouveau Mac au boulot, un dual g5, l’intégration dans l’infrastructure du CERN s’est bien passé pour les protocoles Unix classiques (NFS & NIS), mais l’intégration Kerberos n’a pas été facile – le problème n’est pas seulement du côté de Mac OS X, le CERN utilise toujours Kerberos 4, qui est dépassé, et OS X supporte surtout Kerberos 5. Mais cela prouve en tout cas que le besoin existe, et je suis curieux de voir comment se comportera le nouveau système.

A script to access multimap from AdressBook…

📔

Une des features du programme Address Book qui est livré avec le système Mac OS X, c’est qu’on peut cliquer sur une adresse pour avoir une carte de la dite adresse. Le problème, c’est que le script va chercher la carte sur le service mapquest, le problème c’est que ce service de carte n’est ni très complet, ni très robuste, surtout avec les adresses en Suisse. Pour cette raison, je préfère utiliser le service multimap qui a des cartes de meilleures qualités et surtout un comportement plus raisonnable en cas d’ambiguïté: il affiche toutes les possibilités sur une seule et même carte ce qui fait que si les points sont sur la même rue, on a quand même une idée de la rue.

Comme Address Book ne supporte pas nativement multimap, j’ai écrit un petit Applescript qui fait office de plugin pour Address Book. Pour l’utiliser, il suffit de copier-coller le code source suivant dans l’éditeur de script et sauvegarder le script dans le répertoire ~/Library/Address Book Plug-Ins.

Entre temps, j’ai naturellement réalisé que d’autres gens ont déjà écrit des scripts avec la même fonctionnalité, mais bon, cela faisait un moment que j’avais envie d’écrire un peu d’Applescript. Pour la peine, j’ai écrit un second script pour afficher une image satellite des adresses en Suisses grâce au service map.search.ch.

Les scripts sont présents présentés dans leur propre page.

I have written a small plugin for Address Book, it looks up for the address on the multimap service. To use it, simply download the archives and put them into ~/Library/Address Book Plug-Ins. This is not the first and certainly not the last script to do this, but I felt like doing some Applescript. In the end, I did a second script to show satellite view of addresses in Switzerland using the map.search.ch service.

The scripts are now described in their own page.

Conventions & points d’eau

Le week-end dernier, j’ai été à la convention , à Lausanne. Cela fait un bon bout de temps que je vais à des conventions de , et c’est intéressant de voir comment elles ont évolué. Naturellement, il n’y a pas que elles qui évoluent, c’est aussi mon cas, la manière dont je joue, et ce que j’attends d’un convention a aussi beaucoup changé – il y a longtemps que je ne compte plus faire trois parties sur une convention d’un week-end, cela fait longtemps aussi que je ne dors plus sur place.

Une chose qui n’a pas réellement changé, c’est que les conventions me rappellent toujours un peu les points d’eau dans la savane, ce sont des lieux neutres ou les agressions sont interdites. À vrai dire je ne suis pas sûr que la trêve des points d’eau soit réellement un fait, ou un mythe issue des reportages animaliers, mais c’est une métaphore que j’aime bien. Une convention était longtemps pour moi un endroit ou être un rôliste, personnage suspect par ailleurs était normal, et qu’il ne fallait ni expliquer ni justifier cela – ou alors dans de débats pseudo intellectuels sur le thème de qu’est ce que le jeu de rôle, et dans ces cas le but n’était pas réellement d’expliquer que de faire de beaux discours.

Ces temps, cela n’a plus autant d’importance pour moi : le fantastique est entré dans les mœurs, tout le monde a lu le seigneur des annaux ou Harry Potter et le jeu de rôle, s’il n’est pas réellement devenu respectable, n’est tout du moins plus autant une activité sulfureuse et marginale. La raison à mon avis n’est pas que la société est devenue plus tolérante, mais simplement que les rôlistes, sont devenus, avec le temps respectable (en clair des gens avec des boulots et de l’argent) – car c’est une des choses inexorables, l’âge moyen des participants des conventions a sérieusement augmenté.

Un changement notable, et positif depuis les premières conventions, est la présence de beaucoup plus de membres du beau sexe (j’aimerais pouvoir annoncer le même progrès au niveau de la nourriture, mais bon). Là encore, je pense qu’une des raison est liée au gain en respectabilité / âge de la population moyenne, l’autre raison je pense est le gain en importance du Grandeur Nature avec ses stands, et je soupçonne, ses costumes. Là encore, je pense que la convention est un lieu neutre, un endroit ou venir avec une robe à traîne et une ombrelle ne causera pas trop de remarques ou de reproches. Si je ne suis pas très fan des déguisements pour moi, je peux comprendre que cela plaise à certains, il y a des gens que les vêtements transforment non seulement physiquement, mais aussi psychologiquement, dans mon cas, avec une autre tenue, on a juste Matthias avec une autre tenue…

D’autres activités se sont aussi greffées sur l’affaire, outre les classiques échoppes vendant jeux, costumes ou illustrations, cette année, il y avait une course de mini voitures radio-commandées avec commentaire sportif, le rapport avec le jeu de rôle est pour le moins vague, mais ça n’a pas de réelle importance, là encore un effet important c’est que personne ne s’est pris la peine de juger.